Lu sur le Temps d’Algérie

Les présidents et représentants de six (6) partis politiques, formant une « coalition consensuelle », ont appelé, au cours d’un regroupement tenu samedi à Guelma, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à se porter candidat pour la prochaine présidentielle.

Une « vaste » campagne de sensibilisation de l’opinion à l’importance de la candidature du président de la République pour un 4ème mandat sera menée par cette coalition, ont affirmé les présidents et les représentants de ces six partis qui sont l’Union pour le rassemblement national, le Parti de la voie authentique (PVA), le Front national de l’authenticité et des libertés, le Mouvement national des travailleurs algériens, le Front démocratique libre (FDL) et le parti du renouveau et du développement (PRD).

Pour ses initiateurs, cette alliance a pour objectif « d’exprimer la reconnaissance due aux services rendus au pays par le président Bouteflika » et « son rôle dans le recouvrement de la stabilité et de la sécurité, ainsi que dans le développement ». Ils ont également exprimé « leur disponibilité à faire campagne pour soutenir M. Bouteflika s’il se portait candidat ».

Le porte-parole de la coalition consensuelle M. Abderrahmane Sellam, a souligné que les partis membres de l’alliance ont vu le jour à la faveur des réformes politiques engagées par le président Bouteflika et leur initiative constitue « le couronnement de larges consultations entre ces partis ».

Au cours d’un point de presse tenu en marge du meeting, M.M. Houari Hamidi, Abderrahmane Sellam, Rabah Brahimi et Abdelhamid Djeldjelli, représentants de cette coalition, ont affirmé que leur initiative reste ouverte à tous ceux qui soutiennent la candidature pour un 4ème mandat du président Bouteflika.

Ils ont également affirmé que si le président Bouteflika refusait de présenter sa candidature, ils feront campagne pour la personne que M. Bouteflika viendrait à soutenir.
Les membres de cette coalition ont invité la classe politique a « s’éloigner des discours qui portent atteinte aux personnes et (à) à s’imprégner des règles morales de la pratique démocratique ».

Article précédentLe secteur privé, « principal pourvoyeur d’emplois en Algérie », selon le Ministre du Travail
Article suivantRevue de presse. L’élection présidentielle 2014 donne un coup de fouet aux politiques algériens