Non contents de s’étendre à toute la presse algérienne, rumeurs, spéculations et affaires de censure s’imposent aussi, depuis dimanche, dans la presse internationale. Tour d’horizon de ce qui se dit dans les médias étrangers. 

Le traitement de l’actualité algérienne par la presse étrangère s’articule autour de deux grands thèmes.  Tout d’abord, la «censure» des deux journaux d’Hicham Aboud, Mon journal et Djaridati, et son inculpation un peu plus tard dans la journée de dimanche. Des événements qui ont en fait été le déclencheur de l’engouement médiatique international pour le sujet. Le second thème qui s’impose depuis ce lundi matin est l’éventuelle succession de Bouteflika.

Censure 

L’information qui a sûrement été la plus reprise par la presse et massivement diffusée sur Twitter est celle de la non-parution des deux titres de presse de Hichem Aboud. Le site de presse égyptien en langue anglaise, Ahram online, reprend les informations de l’AFP pour annoncer que «deux journaux algériens ont subi la censure pour avoir publié de fausses informations concernant la dégradation de la santé du président algérien». Autre média africain, le journal nigérian The Guardian Nigeria, se préoccupe des conséquences de «la montée de l’anxiété autour de la santé de Bouteflika depuis la censure de deux journaux». 

Côté européen, le journal néerlandais de référence, De Telegraaf, titre également sur la censure concernant l’état comateux du président algérien. En France, quotidiens nationaux mais aussi régionaux se sont intéressés à la situation algérienne. Le quotidien régional, Ouest-France, a également titré sur le fait que «les journaux annonçant Bouteflika dans le coma ont été saisis». L’hebdomadaire français L’Express, frappe plus fort avec un début d’article qui transforme un fait en généralité : «La presse algérienne censurée pour s’être inquiétée de l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika. (…) Les autorités algériennes ne donnent que des nouvelles rassurantes, et censurent les journaux qui ont d’autres informations».

Succession

Autre sujet sur lequel la presse internationale a été très prolifique ce lundi matin : la probable ouverture de l’ère post-Bouteflika. Le quotidien français en ligne, Le Figaro.fr pose clairement la question de la succession en titrant : «L’Algérie se prépare à l’après-Bouteflika» avant de préciser : «Sans nouvelle de l’état de santé du président, les prétendants à sa succession se mettent en ordre de bataille». Dans la même veine, Le nouvel Observateur affirme en titre que «L’Algérie se prépare à la nomination d’un nouveau président».

Le quotidien libanais francophone, lOrient Le Jour, se penche également sur la succession d’Abdelaziz Bouteflika en faisant état du «flou total sur l’état de santé de Bouteflika» qui aurait pour conséquence que «l’Algérie se prépare à la nomination d’un nouveau président». Sans aller aussi loin, le Arabic News Digest explique que «la santé de Bouteflika ouvre un débat en Algérie». Quant au Time, le fameux hebdomadaire américain, il s’interroge : «l’homme fort de l’Algérie est-il sur sa fin ?» (Is Algeria’s strongman on his way out ?)

Article précédentAlgérie : La première centrale nucléaire sera construite en 2025, selon le ministère de l’Energie
Article suivantArabie Saoudite : Un vendeur ambulant s’immole par le feu