Vous la connaissez certainement à travers sa douce voix mélodieuse. Elle a la musique dans le sang. Elle chante, compose et écrit. Elle s’est fait connaître à travers sa brève expérience avec le groupe Triana d’Alger qui lui a permis de prendre conscience de son don pour la musique. Elle, c’est Souad Massi, l’auteur, compositeur, interprète, guitariste passionnée de folk et de rock et qui distille ses chansons avec énergie et tendresse. Aujourd’hui, la  chanteuse talentueuse veut s’illustrer au cinéma. Elle vient de tenir son premier rôle principal, celui de Lila, dans le film palestinien «Eyes of a thief » (Ouyoun El Haramiya).

Souad Massi est l’une des premières femmes chanteuses d’un groupe folk-rock en Algérie. L’interprète de Ya Rawi ne se contente plus du succès que lui apportent le chant et la musique. La jeune artiste veut découvrir de nouveaux horizons et c’est d’ailleurs ce qu’elle a fait en campant, pour la première fois, un rôle principal dans la fiction palestinienne, «Eyes of a thief » (Ouyoun El Haramiya), réalisée par la cinéaste palestinienne, Najwa Najjar.

Le long métrage qui se veut  être un briseur de stéréotypes est actuellement projeté au cinéma El Mouggar d’Alger, dans le cadre des 5ème journées du film engagé, un festival international qui a débuté jeudi dernier, et durera jusqu’au 18 décembre avec la projection de 16 films entre fictions et documentaires.  Le long métrage est une coproduction entre la Palestine, l’Algérie, la France et l’Islande. Il a été présenté en avant-première au Festival International du Film de Dubaï (FIFD). Il raconte l’histoire de plusieurs êtres humains qui vivent sous le poids d’un quotidien pénible et luttent pour survivre. L’amour, le bonheur, l’avenir : le long métrage s’interroge sur plusieurs questions existentielles qui nous concernent tous.

La chanteuse de la jeunesse algérienne joue le rôle de Lila, une jeune femme qui travaille dans un atelier de couture, appartenant à Adel, le riche habitant de la localité. Dans la bande d’annonce, on la voit même chanter un extrait de la chanson hawzie, fadh el wahch aliya. Il est à rappeler que «Eyes of a thief » (Ouyoun El Haramiya), a été sélectionné pour le prix du meilleur film étranger aux Oscars du cinéma (février 2015).

Nourhane. S. 

Article précédentAffaire Albert Ebossé : Les révélations de la contre-autopsie
Article suivantLigue 1 Mobilis : l’ES Sétif refuse de jouer ce samedi face au CS Constantine