«Une question ou deux seulement, nous avons faim », a lancé le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal, sur un ton blagueur, lors de la conférence de presse qu’il a animé hier jeudi, en marge des travaux de la 7e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne, co-présidée avec son homologue égyptien, Ibrahim Mahlab.

Qui a dit que les hommes politiques n’avaient pas d’humour ? Visiblement, le Premier ministre algérien  ne peut pas s’empêcher, à chaque fois qu’il est présent lors d’un événement officiel, de lancer une blague à la cantonnade. Pour preuve, son comportement, hier jeudi, lors des travaux de la 7e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne qu’il co-présidait avec son homologue égyptien, Ibrahim Mahlab. Pour abréger une conférence de presse qui commençait à traîner en longueur, Abdelmalek Sellal a lancé, en arabe,  à l’attention des journalistes présents : « une question ou deux seulement, nous avons faim! ». Une apostrophe qui prouve une fois de plus que le Premier ministre a du potentiel. A chaque déclaration, ce dernier trouve le moyen de laisser libre cours à son esprit railleur et lance une boutade qui fait le tour des réseaux sociaux et des médias.

Qualifiant les relations algéro-égyptiens de fortes et d’historiques,  le Premier ministre égyptien Ibrahim Mahlab a souligné la détermination des deux pays à élaborer une stratégie ambitieuse visant à renforcer l’entente et les relations bilatérales. La rencontre entre les deux Premiers ministres a aboutit à la signature de 17 accords et programmes dans différents domaines, selon le quotidien d’information égyptien El Ahram.  Sur le plan de la coopération économique, le Premier ministre égyptien a affirmé que le Conseil d’affaires Algéro-égyptien se tiendra dans deux semaines.  S’agissant de la coopération dans le domaine de l’énergie et du Gaz, Ibrahim Mahlab a affirmé que l’Algérie soutient parfaitement l’Egypte.

Article précédentMourad Achour : « Je veux montrer toute la féminité du chaâbi »
Article suivantLes Algériens parmi les trois pays les plus nuls en anglais dans le monde