Un avion d’Air Algérie a été intercepté par l’aviation militaire française au large de Marseille. Après l’interruption brutale des communications, l’armée française est rapidement intervenue. Le communiqué des autorités militaires française évoque un manquement à l’obligation de maintenir un dialogue constant avec la Tour de contrôle. 

Un avion commercial d’Air Algérie a fait l’objet d’une intervention de l’armée de l’air française mardi. « Le Boeing 737 assurant la liaison commerciale entre Constantine et Lyon-Saint-Exupéry a cessé de répondre au contrôle aérien alimentant le doute sur les intentions de l’équipage », pouvait-on lire dans un communiqué publié sur le site internet du ministère français de la Défense.

A la fin du communiqué, il est noté que le comportement douteux de l’équipage algérien n’avait pas d’autre origine qu’un manquement à l’obligation de l’équipage du Boeing de maintenir un dialogue constant avec les aiguilleurs du ciel.

C’est là une manière très explicite de souligner l’incompétence de l’équipage. « Lors de cette intervention, des interrogations radio ont également été réalisées par des contrôleurs militaires français. L’équipage du Mirage 2000 a pu s’assurer que le comportement douteux n’avait pas d’autre origine qu’un manquement à l’obligation de l’équipage du Boeing de maintenir un dialogue constant avec les aiguilleurs du ciel », a-t-il été indiqué.

La haute autorité française de défense aérienne (HADA) a affirmé que « L’appareil avait repris contact avec les contrôleurs civils de Marseille contrôle quelques minutes plus tôt, mais la mesure de police du ciel a été maintenue » pour vérification.

La semaine dernière la compagnie aérienne nationale, a été sanctionnée en Chine pour non-satisfaction des exigences de performance. L’administration de l’aviation civile de Chine (CAAC) a interdit à Air Algérie d’introduire plus de services réguliers, de vols affrétés ou de nouvelles activités en Chine jusqu’à fin mars 2018