Un non-lieu a été accordé mardi par la cour d’appel de Paris au diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, mis en cause par la justice française dans l’enquête sur l’assassinat à Paris en 1987 de Ali Mecili, a annoncé son avocat Me Jean-Louis Pelletier. Me Pelletier a déclaré que « M. Hasseni n’est plus concerné par cette affaire », affirmant que la chambre de l’instruction lui a accordé un non-lieu. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a déjà été saisie d’une demande de non-lieu du diplomate dans cette affaire. Le non-lieu requis par le parquet de Paris, en février 2010, s’était fondé sur l’absence totale de charges contre M. Hasseni mais des juges français le lui avaient refusé. « La persistance de l’acharnement des magistrats instructeurs français » et l' »atteinte inacceptable au principe cardinal de la présomption d’innocence » avaient fait réagir le gouvernement algérien qui avait fait part de sa grande surprise et de sa profonde préoccupation.

APS

Notez cet article