Des saboteurs ont fait sauter samedi près de la ville égyptienne d’El Arich, dans le nord de la péninsule du Sinaï, un gazoduc qui relie l’Egypte à la Jordanie, a-t-on appris de source proche des services de sécurité égyptiens.

L’Egypte fournit également du gaz naturel à Israël mais le conduit se dirigeant vers l’Etat hébreu n’a pas été atteint, a-t-on souligné de sources égyptienne et israélienne. « Cet attentat est le fait d’éléments étrangers (…) Nous comptons sur les Bédouins de la région pour aider les forces de sécurité dans leur enquête », a-t-on dit de source proche des services de sécurité égyptiens. « Dès qu’un gazoduc est visé par un attentat, le système suspend immédiatement l’approvisionnement », a-t-on ajouté. Selon une autre source, l’état d’alerte a été déclaré dans la région. « Des saboteurs ont profité de la situation sur le plan sécuritaire (en Egypte) pour faire sauter le gazoduc », a dit un journaliste de la télévision publique égyptienne, parlant d’une « grosse opération terroriste ».

Des habitants de la région ont évoqué une « énorme » déflagration. Un responsable égyptien a parlé d’une « situation très dangereuse » et a fait état d' »explosions de place en place » à la suite de l’incendie. Israël, qui a signé un accord de paix avec l’Egypte en 1979, importe de ce pays environ 40% de son gaz naturel. Selon l’organisation SITE, qui surveille les activités sur internet d’Al Qaïda et d’autres groupes islamistes, des djihadistes avaient invité « les musulmans du Sinaï à profiter des troubles en Egypte pour attaquer le gazoduc entre El Arich et la ville israélienne d’Ashkelon, affirmant que cela aurait de graves conséquences pour Israël ».

« Nous disons à nos frères les Bédouins du Sinaï, les héros de l’islam, de frapper avec un poing de fer car c’est l’occasion de stopper l’approvisionnement des Juifs », peut-on lire notamment sur un site islamiste, ajoute SITE. Depuis le début des manifestations contre le président Hosni Moubarak le 25 janvier au Caire et dans d’autres villes égyptiennes, la situation est tendue dans le nord du Sinaï, où des Bédouins ont affronté la police et contrôlent plusieurs axes routiers. Plusieurs attentats à la bombe ont visé des sites touristiques du Sinaï, fréquentés notamment par des Israéliens, entre 2004 et 2006″.

Reuters