Marwane Al-Barghouti, membre du comité central du mouvement palestinien Fatah a appelé mardi à un grand soulèvement populaire pour mettre fin à l’occupation israélienne, soulignant la nécessité de relancer le dialogue inter-palestinien dans l’immédiat afin de mettre un terme aux divisions internes et unir les rangs palestiniens. M. Al-Barghouti, détenu dans une prison de l’occupation israélienne depuis avril 2002, a appelé, dans un communiqué, à se préparer pour le lancement d’un vaste soulèvement populaire avec la participation de toutes les forces palestiniennes avec comme slogan « Il est temps d’en finir avec l’occupation » pour recouvrer la liberté et l’indépendance de la Palestine et permettre le retour des réfugiés palestiniens dans leurs terres.

Il a, par ailleurs, mis en exergue le besoin de relancer le dialogue inter-palestinien dans l’immédiat afin de mettre un terme aux divisions internes et unir rangs des Palestiniens face à l’occupant israélien qui poursuit sa politique de répression et de colonisation dans les territoires occupés.

Ce dialogue national palestinien a été également souligné par le mouvement Hamas à Ghaza qui a appelé à « une révision générale » de la situation politique intérieure de la Palestine, afin a-t-il dit, de remettre de l’ordre dans la maison palestinienne bâtie sur des bases solides.

« Les changements importants qui se suivent dans la région et qui interviennent au moment où l’option des négociations a échoué, nous oblige, nous, et toutes les factions palestiniennes à revoir en général la situation politique en Palestine », a déclaré le porte-parole du Hamas Sami Abou Zahri. A ce propos, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a souligné que la réconciliation inter-palestinienne « se réalise par le recours à la volonté populaire et la tenue d’élections que nous avons convoquées dans le but de trouver une solution aux désaccords entre Palestiniens ».

Les désaccords entre les différentes factions palestiniennes ont également interpellé le Centre des droits de l’Homme palestinien qui a réclamé la fin des divisions entre la Cisjordanie et la bande de Ghaza avant la tenue des prochaines élections. Dans cette optique, le Centre a appelé à ne pas organiser ces élections avant de réaliser une réconciliation nationale, en exhortant tous les Palestiniens à trouver les moyens permettant de trouver un terrain d’entente sur la tenue d’élections.

Le centre des droits de l’Homme palestinien a également appelé toutes les factions palestiniennes, dont le Fatah et le Hamas à poursuivre les efforts de réconciliation et ce pour le bien de la cause palestinienne, alors que l’occupant israélien poursuit sa politique répressive et ses activités de colonisation, notamment à El-Qods.

Des médias ont rapporté mardi que les autorités d’occupation israéliennes prévoient de transférer des écoles militaires juives d’Al Khalil en Cisjordanie vers El-Qods-Est occupée. Israël compte transférer ces écoles militaires sur une superficie de 3,2 hectares à El-Qods-Est, un secteur qu’il a annexé en 1948, dans le cadre d’un projet de construction de logements pour 1.400 militaires israéliens. Outre ses projets militaires, l’occupant israélien ne cesse d’approuver de nouveaux plans de colonisation dans la ville sainte et en Cisjordanie et ce malgré les vives condamnations par la communauté internationale.

Lundi, les autorités d’occupation ont autorisé la construction de 120 nouveaux logements dans le quartier de colonisation juive de « Ramot » à El Qods-Est. Cette décision israélienne de poursuivre la colonisation dans les territoires palestiniens occupés, intervient alors que la Haute représente de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère et la sécurité, Catherine Ashton devait entamer dans la journée une tournée au Proche-Orient, pour des discussions avec les Palestiniens et les Israéliens portant sur le processus de paix.

Parrainé par les Etats-Unis, le processus de paix reste toujours dans l’impasse depuis fin octobre 2010 en raison de la poursuite de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés. Les Palestiniens exigent un gel total de la colonisation juive avant toute reprise de dialogue avec Israël.

APS