Il difficile d’aller en Algérie mais il l’est également d’en partir. Les compagnies aériennes ont été prises d’assaut de août à septembre, ne laissant plus ou peu de  moyens de déplacements pour les voyageurs.

Aéroport d'Alger / DR

L’avion a été un sujet de discorde pendant tout l’été pour les Algériens. Alors que l’on reprochait le manque de vols entre la France et l’Algérie, la critique persiste, mais cette fois-ci pour les départs depuis l’Algérie,  il est impossible de réserver un avion pour les jours qui viennent.

Air Algérie a récemment mis en place l’affrètement de 14 avions supplémentaires pour les trajets entre la France et l’Algérie. Mais n’avait pas prévu la forte demande de la part des Algériens d’Algérie.

Septembre saturé

Il est impossible de trouver une place disponible pour le mois de septembre aussi bien chez Aigle Azur, Air Algérie et Air France les trois principales compagnies aériennes qui desservent l’aéroport d’Alger.

Pour toute réservation entre le 3 et le 29 septembre, les vols affichent complets  comme le montrent les trois captures d’écran des sites internet des compagnies aériennes. Sur les trois interfaces, le même conseil : veuillez changer vos dates.

Le fin du ramadan, et des vacances d’été a rempli les avions des trois compagnies aériennes. Les réservations de dernière minute ont surpris les transporteurs qui ne disposent que de très peu de vols par jour.

Chez Air France, quatre vols par jour sont proposés, et ça n’est pas suffisant. « Pour le mois de septembre, les vols sont effectivement complets jusqu’au 13 septembre, les clients peuvent néanmoins se mettre sur la liste d’attente en fonction de l’évolution de l’offre, celles-ci peuvent se confirmer », explique Wassila Boubekeur, responsable marketing et communication d’Air France Algérie.

Des vols supplémentaires ?

L’idéal aurait été de prévoir la demande qui ne cesse d’augmenter chaque année auprès des touristes algériens et d’ajouter des vols pour les nombreux voyageurs de dernière minute, car ils représentent un véritable manque à gagner pour les compagnies.

Or, la mise en place de vols supplémentaires n’est pas aisée. Tout un processus est nécessaire, il faut l’accord des aviations civiles de chaque pays avant d’envisager des vols additionnels, la demande et la validation demandent un certain temps.

La France n’est pas le seul pays où les vols affichent complets. La Tunisie, le Maroc ou encore la Turquie, destinations prisées par les Algériens pour leurs vacances subissent l’affluence en masse des touristes algériens. La plupart se rattrape sur d’autres moyens : la voiture, mais il faut endurer les bouchons aux frontières est et ouest, le bateau, mais les places sont chères et commencent  à se raréfier elles aussi.

La demande grandissante prouve que l’aviation a un véritable manque à combler. Les centaines et peut-être même les milliers de passagers qui ne trouvent pas de billets représentent une perte financière conséquente pour les compagnies. Avec l’arrivée de nouveaux transporteurs tels qu’Iberia ou encore le low-cost Vueling, les trois compagnies devront réétudier leur stratégie.

Amina Boumazza