Interview vidéo. La start up algérienne ALGreenIA remporte la compétition internationale Injaz al Arab 2012

0
208

Après la victoire nationale d’Injaz El Djazair, la start up algérienne ALGreenIA a remporté la compétition internationale Injaz al Arab 2012 qui s’est déroulée au Qatar du 5 au 6 novembre 2012. Nous avons rencontré Ghalib Fissah président directeur général d’AlGreenIa et Farah Heba, directrice marketing, quelques semaines avant leur envol vers Doha et leur victoire à Injaz Al Arab 2012. Ils reviennent sur leur concept, leur travail et leurs projets dans cette interview vidéo.

Ces jeunes entrepreneurs et étudiants de polytechnique Alger ont réussi à se distinguer avec leur concept d’entreprise travaillant sur le secteur du développement durable. Cette compétition réunissait une dizaine de projets d’entreprises du monde entier imaginés par des étudiants arabes. « ALGreenIA a été créée dans le cadre de ce programme mis en place par Injaz Al Arab », précise Farah Heba. Le but de l’initiative est de donner 6 mois à ces entrepreneurs arabes pour monter un projet d’entreprise. Les meilleurs projets sont alors récompensés afin de promouvoir des talents dans l’entrepreneuriat et le leadership dans les pays arabes.

La Genèse d’ALGreenIA

ALGreenIA, qui a participé à la compétition est composée de 27 étudiants de Polytechnique. Leur but ? Développer et inculquer la culture du recyclage en Algérie, une tâche difficile :

« On s’est tous mis d’accord sur le développement durable parce que tout le monde en parle. Ce secteur est prometteur en Algérie, mais les gens pas forcément informés, ils ont tendance à tout brûler et pourtant il y a des sites de recyclage. L’information ne circule pas très bien, les gens ne savent pas qu’il faut jeter ses papiers dans un endroit bien précis afin de les recycler. Nous, on est entre les deux, pour faire le bon acheminement des papiers vers ces sites de recyclage », explique Ghalib Fissah.

Ce projet d’entreprise vise donc à faire « Le relais entre les entreprises, les universités, les collectivités locales et les sites de recyclage. On s’intéresse à tous les consommateurs de papier, pour cela on a mis en place une plate-forme de communication que ce soit à travers notre site, ou notre page facebook », détaille Farah Heba.

Remédier au manque de « culture d’éco-citoyenneté » en Algérie

« Les gens ne sont pas informés sur ce qui se fait, qu’il y a des usines qui font du recyclage, déplore Farah Heba. C’est là qu’on se place, on fait de la sensibilisation on informe les gens sur la possibilité de recycler. »

« Il n’y a pas de culture d’éco-citoyenneté, de mentalité orientée vers l’économie de développement durable, mais on est là pour changer les choses », affirme Farah Heba.

C’est d’ailleurs cet argument qu’ils ont développé au Qatar pour remporter la compétition : « On est convaincu et on est persuadé que ce projet est porteur, il faut les (les jurés d’Injaz) mettre dans le contexte. Leur montrer qu’il y a un besoin en Algérie, on est là pour répondre à ce besoin, qu’ALGreenIA fait le lien entre ces citoyens qui jettent les papiers et les sites de recyclage », justifie le président directeur général.

Les deux jeunes entrepreneurs en herbe comptent avec toute leur équipe lancer concrètement l’entreprise sur le marché algérien dans le futur.

« On voit un énorme potentiel, on va bien travailler. Le marché du recyclage est énorme. On compte bien réussir », affirme Ghalib.

Farah Heba a un message pour les jeunes Algériens ayant soif d’entrepreneuriat : « Une fois qu’on a une idée il faut s’y accrocher. Il suffit de s’entourer des bonnes personnes pour y arriver et de croire en son idée et on peut tout faire ».

Le voyage à Doha a été sponsorisé par Alstom Algérie – Membre du Conseil d’Administration d’INJAZ El Djazair. Rappelons que « Le Cercle d’Action et de Réflexion autour de l’Entreprise » – CARE ainsi que des entreprises comme Rouiba, Lafarge, Nedjma, et Alstom sont très impliquées dans l’initiative INJAZ El Djazair présidé par Slim Othmani.

Regardez la vidéo :