L’ONG britannique Action on armed violence a publié vendredi 5 juillet un classement des 100 personnalités mondiales les plus influentes contre la violence et qui œuvrent pour la paix à travers le monde. Un classement dans lequel figurent deux acteurs majeurs de la diplomatie algérienne : Lakhdar Brahimi et Leila Zerrougui.

Ils se battent chaque jour pour promouvoir la paix et faire de ce monde une endroit plus sûr. Responsables onusiens, lauréats du prix Nobel de la paix, présidents d’organisation non-gouvernementale, membres de Thinks tanks, donateurs, écrivains etc. ont la part belle dans la liste des 100 personnalités les plus influentes au monde dans la lutte contre la violence, élaborée par l’ONG britannique Action on armed violence (AOAV) et rendue publique vendredi dernier. Les 100 personnalités sélectionnées «représentent des exemples remarquables de ceux qui essaient de changer le monde en mieux et qui consacrent leur vie pour faire du monde un endroit plus sûr», estime-t-on chez AOAV.

Cheville ouvrière dans l’élaboration de nombreuses conventions internationales, dont le Traité d’interdiction des mines anti-personnelles et la Déclaration de Genève sur la violence armée, l’ONG n’oublie pas de distinguer dans son classement les Algériens Lakhdar Brahimi et Leila Zerrougui.

Concernant l’ancien ministre algérien des Affaires étrangères, artisan de l’accord Taef marquant la fin de la guerre civile au Liban en 1990, AOAV rappelle que Lakhdar Brahimi occupe actuellement la délicate mission de Représentant spécial conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe pour le conflit en Syrie. Ce dernier est également membre du Comité des sages (Global elders), aux côtés de Nelson Mandela, Desmond Tutu et Jimmy Carter.

Evoquant l’experte juridique en matière des droits de l’homme et ex-membre de la Cour suprême algérienne, AOAV salue le travail de Leila Zerrougui accompli en la qualité de Représentante spéciale des Nations unies pour le sort des enfants en temps de conflit armé. Un poste clef qu’elle occupe depuis juillet 2012. Avant cela, Leila Zerrougui était Adjointe au Chef de la mission de l’ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO). Aujourd’hui, cette diplomate algérienne est une figure bien connue de l’hémicycle onusien. A plusieurs reprises, elle est intervenue devant le Conseil de sécurité pour présenter les conclusions de ses rapports suite à des missions de terrain. Très active pour la protection des mineurs, Leila Zerrougui a récemment annoncé le lancement d’une campagne visant à mettre fin à l’enrôlement des enfants par les forces militaires étatiques dans les conflits armés d’ici 2016.

Notez cet article