Sport et stade Algérie

L’ambition algérienne est très claire : accueillir davantage de compétitions internationales. Ainsi, 16 complexes sportifs de préparation sont en cours de réalisation.

L’exigence est au rendez-vous. Les complexes d’Alger, Tipasa, Oum El Bouaghi, Khenchla, Ghardaïa et Djelfa devront respecter les normes internationales. Objectif : que les équipes de diverses disciplines sportives ne soient plus obligées de recourir à l’étranger pour préparer leurs compétitions.

« Nous espérons que ces complexes, dont une partie sera prête dès l’année prochaine, profiteront non seulement aux équipes locales, mais attireront aussi des équipes étrangères pour s’y entraîner, a déclaré ce mardi Mohamed Tahmi, ministre de la Jeunesse et des Sports. D’autant plus que l’Algérie dispose d’un climat idéal pour le faire. »

Dans le détail, Boufarik et Larbaa seront dotés de deux piscines olympiques. Les travaux ont déjà commencé. Larbaa disposera aussi d’un complexe sportif destiné à devenir  un pôle de pratique de sports de combat, comme le judo ou la boxe. La capacité du stade Mustapha-Tchaker – où aura lieu ce soir le match contre la Guinée – passera de 35 à 45 000 places. Les gradins seront entièrement couverts. Enfin, une école nationale de sport équestre sera construite. La ville de Mouzaia sera quant à elle dotée d’une nouvelle salle omnisports.

A n’en pas douter, le rythme de construction actuel permettra à l’Algérie de candidater sereinement pour l’organisation de futures compétitions sportives. Premier test dans quelques mois avec l’attribution de la Coupe d’Afrique des Nations.

(Avec APS)