Trois grandes personnalités nationales se mêlent du débat autour de l’élection présidentielle. Ali-Yahia Abdenour, Ahmed-Taleb Ibrahimi et Rachid Benyelles sortent de leur mutisme pour demander à Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un quatrième mandat à l’élection présidentielle.

Dans un communiqué rendu public lundi, Ali Yahia Abdenour, Ahmed Taleb Ibrahimi et Rachid Benyelles disent non  « à une quatrième candidature de M.Bouteflika » et appellent « les forces saines du pays – et notamment celles attachées à la justice et à la moralisation de la vie politique- à exprimer leur refus par tous les moyens pacifiques qu’ils jugent utiles (…) » et au cas ou la candidature de Bouteflika est maintenu  « de boycotter massivement l’élection ».

Les trois signataires considèrent que « l’Algérie, depuis l’indépendance n’a jamais connu de conditions aussi favorables pour son développement au cours des quinze dernières années, sa régression politique, économique, culturelle et éthique n’aura malheureusement, jamais été aussi grande qu’au cours de cette même période ».

Ali Yahia Abdenour, Taleb Ibrahimi et Rachid Benyelles estime que cette « déchéance est l’oeuvre de la coterie au pouvoir qui pousse maintenat l’arrogance jusqu’a vouloir imposer un quatrième mandat dans un climat délétère aggravé par une situation explosive dans le sud du pays et des déclarations irresponsables faites hélas au nom du FLN ». « Aussi et devant le viol qu’il s’apprête à faire subir une nouvelle fois à notre peuple, nous, signataires de cette déclaration, considérons qu’il est de notre devoir, devant dieu et le peuple algérien, de dénoncer publiquement et solennellement, ses dérives politiques et morales inacceptables, sa gestion désastreuse des affaires de l’Etat et son immobilisme face au développement du régionalisme, du communautarisme et des forces centrifuges qui menacent le pays d’éclatement », écrivent-ils encore.