L’acharnement des autorités algériennes sur la chaîne de télévision Al ATLAS TV se poursuit. Mercredi, à 14 H 30, pas moins de 25 gendarmes ont débarqué à nouveau siège de cette chaîne privée pour saisir tous les ordinateurs, DVD et matériel informatique. 

« Les gendarmes ont épargné uniquement les bureaux et les chaises », nous apprend à ce sujet un journaliste d’Al ATLAS TV joint au téléphone. Bloqués au sein de leurs locaux à Birkhadem, dans la banlieue d’Alger, les journalistes, dont la majorité sont des jeunes fraîchement diplômés, de cette chaîne assistent avec impuissance au « pillage de leurs matériels ». « Les gendarmes nous affirment qu’ils saisissent tout ce qu’ils trouvent parce que nous ne disposons d’aucune autorisation pour diffuser nos programmes et travailler en Algérie », révèle encore notre interlocuteur.

Cependant, cette deuxième perquisition laisse les observateurs pantois car toutes les autres chaînes de télévisions privées algériennes travaillent en Algérie sans bénéficier réellement d’un agrément au sens propre du terme. Pourquoi réprime-t-on alors uniquement ATLAS TV et pas les autres qui sont plutôt favorables au 4è mandat d’Abdelaziz Bouteflika ?

Notez cet article