A moins d’un mois de leur premier match en Coupe du Monde, la sélection nationale rêve d’un « exploit ».

Les Fennecs ont débuté leur stage de préparation pour le Mondial 2014, la tête déjà au Brésil. L’équipe nationale s’envolera d’ici une quinzaine de jours, direction la terre du ballon rond, qui accueille pour le première fois de son histoire la plus grande compétition de football au monde. Pour l’Algérie, le Brésil doit rimer avec « exploit ». Joueurs et supporters espèrent effectivement que les Verts, seule équipe africaine qualifiée au Mondial 2014, franchissent le cap des poules et parviennent à se qualifier pour un huitième de finale historique. L’objectif est donc de faire mieux qu’en Afrique du Sud. Sur les terres de la Nation arc-en-ciel, les joueurs algériens n’avaient pas démérité, accrochant tous leurs adversaires, obtenant notamment un nul face à l’Angleterre de Wayne Rooney. Mais cette année, l’Algérie ambitionne de sortir de sa poule. »Si on passe ce premier tour, pour nous, on aura gagné notre coupe du monde », estime Foued Kadir, devant la caméra de BeIN Sports, qui a consacré un reportage au parcours de l’Algérie durant la phase des éliminatoires.

Mais pas sûr que cet objectif soit à la portée des Verts. Les Fennecs devront effectivement se défaire de la la Corée du sud, de la Russie et surtout de la Belgique, un outsider de la Coupe du Monde au Brésil pour espérer jouer le premier huitième de finale de Coupe du Monde de son histoire.

Feghouli, la pièce maîtresse 

Dans son reportage « En route pour le Brésil », BeIN Sports revient sur la qualification de l’Algérie au Mondial 2014. Interrogé par la chaîne qatarie, Yacine Brahimi, le milieu offensif du Grenade CF, se souvient du 19 novembre, jour de délivrance pour la sélection algérienne et ses supporters. Ce jour-là, l’Algérie bat le Burkina Faso 1-0 à domicile et se qualifie pour la Coupe du Monde. Brahimi décrit ce moment comme une « explosion de joie ». « C’est vrai c’était incroyable. On est tous très fiers d’avoir qualifié notre pays pour une belle Coupe du monde comme celle au Brésil », témoigne-t-il.

Dans ce reportage, qui présente les forces et les faiblesses de la sélection algérienne, le commentateur rappelle la « campagne impressionnante » de l’Algérie durant la phase des éliminatoires. Les Algériens « ont tout balayé sur leur passage en marquants 13 buts lors des éliminatoires de la Coupe du monde et « en gagnant 5 de leurs 6 matchs », explique le journaliste de BeIN Sports. « Pour ceux qui ont pu critiquer la sélection, la réponse elle est sur le terrain. L’Algérie est qualifiée, elle mérite amplement de triompher au mondial », affirme Sofiane Feghouli, buteur décisif face au Burkina Faso.

Dans ce reportage, le milieu de terrain de Valence est présenté comme le « joueur clef » du dispositif tactique de Vahid Halilhodzic. Ses camarades de jeu saluent eux aussi sa « vision du jeu » et les prouesses qu’il peut faire avec son « très bon pied droit ». Jeune, Sofiane Feghouli est promis à un bel avenir, considèrent ses amis de vestiaires.

Le reportage de BeIN Sports met en lumière un second homme : Vahid Halilhodzic, le technicien bosnien qui a orchestré cette qualification au Mondial 2014. Les internationaux algériens sont reconnaissants de ce que l’ex-entraîneur du PSG a apporté à la sélection algérienne. « Il sait de quoi il parle, c’est quelqu’un de très rigoureux qui nous apporte énormement techniquement et tactiquement », confie Foued Kadir. Sofiane Feghouli renchérit : « Je ne me souviens pas d’un sélectionneur qui a autant fait pour la sélection de l’Algérie. »

 

Notez cet article