Le Professeur en médecine Mohamed Salah Bouraoui, père de la militante et membre fondatrice du mouvement Barakat, Amira Bouraoui, sort de sa réserve pour dénoncer la compagne de dénigrement à laquelle s’est lancée la chaîne Numedia news contre sa personne et sa famille durant la campagne électorale pour les élections présidentielle du mois d’avril passé. Dans une lettre qui nous a été transmise, M. Bouraoui interpelle les institutions de l’état sur leur nouvelle responsabilité.

«Il n’est pas dans ma nature d’étaler mes états d’âme par voie de presse, mais la gravité des événements semble m’y contraindre. Je la limiterai aux effets collatéraux sur la dignité de ma  personne de la dernière élection présidentielle de laquelle j’étais pourtant très éloigné, n’étant  d’aucune chapelle politique partisane, mais qui néanmoins ont touché mon honneur d’Officier Supérieur de l’ANP, celle d’un Professeur en Médecine, mais encore plus grave  celui de l’ANP, voire encore la médecine algérienne en qu’elles puissent, les deux, d’avoir eu à garder en leur sein et plus tard en toute impunité ce type de personnage dont m’accuse une chaîne « , écrit-il d’emblée.

Cet humble officier de l’armée en retraite, Professeur en cardiologie, qui été à l’origine de la création, ou de l’ouverture de de nombreux services spécialisé en cardiologie, et de la formation de plusieurs génération de cardiologues algériens s’est senti « Diffamé, calomnié par des propos mensongers de cette chaîne « algérienne » de télévision de droit suisse ».

Les « Journalistes », de cette chaîne sans vergogne, pour salir ce cadre de l’armée en retraite, qui a accompli ses 32 ans de bons et loyaux services prétendent que « Responsable d’une grande institution militaire, j’aurai été radié de l’Armée pour corruptions et malversations avec cet argent.  L’érection d’une clinique pour sa fille le Docteur gynécologue A. BOURAOUI, activant dans des avortements illégaux et commerce du sexe. Intelligence avec l’ennemi en association avec des organisations sionistes et terroristes, rien que ça !! » S’indigne M.Bouraoui dans sa missive.

L’autre fait qui soulève l’étonnement de M.Bouraoui, c’est le silence affligeant de son entourage durant cette cabale journalistique qu’il a subit. « Attendu des mois que, ni l’institution que j’ai pourtant servi pendant 32 ans de bons et loyaux services, ni celle des retraités de l’ANP de laquelle je suis pour le moins membre, ne sont intervenus pour dénoncer ces calomnies, dénigrements et médisances, encore moins l’Ordre de Médecins dont je suis affilié et pour l’étonnant mes confrères avec qui j’ai partagé notre noble mission de soins de formations et de recherches, je me trouve dans la situation contraignante de sortir à mon corps défendant, du cadre de la réserve à laquelle je me suis astreint voilà maintenant 18 ans en appelant  « à la responsabilité de l’Etat » afin de défendre mon honneur, celui de ma famille mise à l’index et au lynchage par ce média satellitaire  NUMEDIA NEWS, avec un reportage intitulé « la Manœuvre », fait de mensonges et de délations. »

Ce reportage diffusé plusieurs fois durant la précédente compagne électorale pour les présidentielle du mois d’avril est considéré comme « du terrorisme médiatique qui aux  fins de l’orienter pour des considérations peu avouables l’ont à mon sens polluée en la rendant éruptive. »

La victime de ce lynchage médiatique attend toujours  « des  excuses par voie médiatique et réparation matérielle et morale sur ma profession et celui de ma fille a la mesure de la gravité  des faits. » jusqu’à la fin de l’année en cours. « Je pourrais si besoin  est  et à défaut les  traduire directement  devant la juridiction helvétique et de celle des droits de l’homme où  je m’étais  présenté  le mois même  de la diffusion de  ordurier  reportage ) et  de laquelle relève cette chaîne de droit suisse tombant  sous le   coude  de son  code  pénal  notamment  les  articles    129,   176,   179,   322. Sans prescription  légale hélas,  je  respecte trop mon pays pour étaler ses problèmes devant des instances  étrangères  les  laissant seuls face à  leur conscience et si  comme moi ils sont musulmans ou prétendus tels devant le tout Puissant qui « Youmhil ouala youhmil » ». écrit encore le Professeur Bouraoui.

Pour les convictions militantes de sa fille, Amira Bouraoui, et du mouvement Barakat, « Je n’étais pas jusqu’ici en phase voire même  plutôt  opposé au  mouvement qui l’anime et qu’elle anime, mais leur attitude  m’ont convaincu du contraire, alors vraiment je peux leur dire maintenant  sans rougir  BARAKAT !! », affirme M.Bouraoui.

« Avec cette réponse apaisée et sans passions j’espère avoir remué le  reste de leur  conscience  non dévoyée du mal qu’ils font  leurs auditeurs  moins  qu’à moi,  car  en ce  qui me concerne  « nous  n’avons  pas  les  mêmes  valeurs ».

J’ai  longtemps  cherché les médias  que le Président  accusait dès  son  1° Mandat     de  « TAYABET  EL  HAMMAM » je viens de les découvrir  à l’occasion de cette dernière campagne électorale : la Leur et pour notre malheur ils  ne sont  pas les seuls.

De  quelle   démocratie  et  de  quelle économie de marché sources de progrès  parle-t-on  , quand on utilise loin de la concurrence loyale les pouvoirs et les deniers de l’Etat pour étrangler certaines  médias  et entreprises et booster celles  qui comme la  leur gesticulent et aboient à l’appel de leur maître du moment. » regrette le Professeur Bouraoui.

Notez cet article