C’est une affiche qui soulève de nombreuses réactions en Algérie. Certains ont été choqués, d’autres étonnés. En effet, l’Union nationale des femmes algériennes (UNFA) a accroché, dans plusieurs endroits névralgiques de la Capitale, une banderole où elle annonce le traditionnel concert de Cheb Yazid à l’occasion du 8 mars, la Journée internationale de la femme.  Une banderole où l’on voit le portrait d’Adolf Hilter, le célèbre dictateur nazi… 

Quelle est donc la relation entre la femme algérienne et Adolf Hilter ? C’est la question que se sont posés de nombreux algériens qui ignoraient que l’un des animateurs de ce gala s’appelle Amine Hitler, un jeune humoriste algérien qui fait des parodies et des blagues en s’inspirant de la figure du dictateur nazi. Mais associer cet humour-là au 8 mars et aux femmes algériennes relève-t-il du bon sens ? Pas vraiment car la question des droits des femmes en Algérie est très délicate et recommande un sérieux exemplaire pour ne pas céder à la caricature et aux clichés réducteurs. En plus, l’UNFA aurait pu se contenter de mentionner le nom de cet humoriste sans insérer pour autant la figure d’Adolf Hilter dans une affiche officielle et diffusée à travers toutes les artères d’Alger ! Hilter n’est quand même pas le symbole de la paix, fraternité, liberté ou tolérance, des valeurs qui sont véhiculées par la journée du 8 mars dans le monde entier. A noter qu’aucun des sponsors de cet événement n’a eu la présence d’esprit de rappeler à l’ordre l’UNFA. Même le très sérieux Ooredoo, l’opérateur de téléphonie mobile, associe son image sans souci à Adolf Hilter !

« L’UNFA n’a pas trouvé mieux que d’illustrer son affiche annonçant le gala, qu’elle compte organiser à la salle Harcha, par un portrait du fasciste Adolphe Hitler. Les organisateurs et les sponsors, Echourouk, Ooredoo, la Radio Algérienne ont-ils oublié que Hitler était responsable de génocides et de crimes contre l’humanité ? Sommes-nous en train de tout banaliser dans ce pays? C’est cela le véritable danger ! », a dénonce, d’ailleurs, à ce sujet le Chafaâ Bouaiche, homme politique, député et chef du groupe parlementaire du FFS.

 

 

Notez cet article