La violence à l’encontre des enfants prend une ampleur inquiétante en Algérie. Les chiffres révélés par la commissaire divisionnaire à la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), chargée du Bureau national de la protection de l’enfance et de la délinquance juvénile, Kheira Messaoudène donnent réellement froid dans le dos: 1.281 enfants violentés ont été violenté durant le premier trimestre de 2015. Parmi eux, 372 enfants ayant subi des agressions sexuelles, tandis que 756 ont été victimes de violences physiques.

Ces chiffres, qui ne représentent en réalité que la partie visible de l’iceberg en raison du tabou qui entoure ce sujet, ont été révélés par la commissaire divisionnaire à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), chargée du Bureau national de la protection de l’enfance et de la délinquance juvénile, Mme Kheira Messaoudène, aujourd’hui, à l’occasion du lancement par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) de la campagne de sensibilisation nationale sur les violences faites aux enfants. S’appuyant sur des chiffres effarants qui traduisent l’échec de la stratégie de protection des mineurs en Algérie mise en place, la commissaire de la DGSN souligne que si la violence physique arrive à la tête des violences à l’égard des enfants avec 756 cas sur 1 281, les agressions sexuelles arrivent en seconde position avec 372 cas.

 Mettant l’accent sur l’ampleur que prend ce phénomène, l’interlocutrice a souligné l’intérêt de sensibiliser la société sur les dangers de ce phénomène. A ce propos, elle a précisé que la violence faite aux enfants, notamment sexuelle, est parmi les sujets les plus délicats, en raison de la nature de la société. Elle a ajouté que plusieurs parents préfèrent garder le silence et que ces derniers doivent être les premiers à informer les services concernés. Mme Messaoudène a rappelé les chiffres de 2014 sur la violence à l’égard des enfants avec 6.151 enfants victimes de différentes formes de maltraitances, dont 3.533 physiques, suivies de sévices sexuels (1.663).

 Pour rappel, la nouvelle campagne de communication de l’UNICEF «Dites-le !» vise à mettre la lumière sur le phénomène de la violence : «Rendre visible l’invisible». Trop souvent la violence faite aux enfants tire sa force du fait qu’elle est invisible, c’est-à-dire qu’elle est cachée.

 Nourhane S.

Notez cet article