La Loi de finances complémentaire 2015 risque de laisser de graves séquelles pour les Algériens. Pour faire quelques économies, le gouvernement veut imposer de nouvelles taxes sur certains produits de large consommation.
Ainsi, pour réduire l’importation des véhicules, le ministère des Finances préconise, selon un document révélé par le quotidien Reporters, la hausse de la taxe sur les véhicules neufs. Désormais, cette taxe démarrera à partir de 80 000 DA et peut atteindre 200 000 DA pour certaines voitures légères. Le montant de la taxe peut même atteindre 400 000 DA pour les véhicules roulant au diesel.
Même la vignette automobile va connaître une augmentation moyenne de 1000 DA. Ces mesures vont engendrer, à coup sûr, des augmentations dans les prix des véhicules. Une situation qui va rendre inaccessibles les véhicules neufs aux bourses moyennes et freinera donc les importations de ces marchandises.
Pour la première fois depuis des années, le gouvernement entend rationaliser la subvention sur les carburants. L’article 62 de l’avant-projet de la LFC 2015 confirme cette option. Il est, donc, imposé aux automobilistes un plafond de consommation de carburant à travers l’institution d’une carte de carburant. Cette disposition concerne toutes les catégories de véhicules.
Pour encourager les entreprises de production, la LFC 2015 va imposer plus les sociétés de services que celles de la production. Le ministère des Finances a inscrit la réduction de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP), fixée initialement à 2%, à 1% pour les activités de production et du BTP, et de la maintenir en l’état ou de l’augmenter à 3% pour les chiffres d’affaires issus de toutes les autres activités.
D’autres taxes sont également prévues. C’est le cas de la taxe sur la fortune dont le plafond sera porté à 100 millions de dinars (10 milliards de centimes) au lieu des 50 millions de dinars (5 milliards de centimes) actuellement. Autrement dit, de nombreux citoyens trop riches ne sont pas concernés par les taxes. Seule une ultra minorité verra sa fortune  taxée.
Il est à souligner que si ces mesures venaient à être adoptées par le gouvernement, leur entrée en application n’interviendra pas avant le début de 2016.
Essaïd Wakli
Notez cet article