Virulente campagne contre le français/ Les islamo-baâthistes réclament plus d’anglais à l’école

0
272

De la polémique autour de la derdja comme langue d’enseignement dans l’école algérienne, nous sommes passés à la polémique autour de la place de la langue française dans les programmes et cours dispensés aux élèves algériens.  Cette fois-ci, c’est à la langue française qu’on s’attaque et de nombreux acteurs de la mouvance islamo-baâthiste réclament plus d’anglais à l’école. 

Une pétition vient même d’être lancée par l’Organisation nationale des parents d’élèves (ONPE) . Cette organisation, inconnue jusque là, n’entretient aucune relation avec l’Union nationale des associations des parents d’élèves (Unape). Selon Samir Elksouri, membre du bureau nationale de l’ONPE, les membres de cette organisation sont présents dans pas moins de 36 wilayas. Les initiateurs de cette pétition adressent un message clair au Premier ministre, Abdelmalek Sellal : remplaçons le français par l’anglais à l’école. Ils jurent que leurs intentions sont nobles et dénuées d’arrière-pensées politiques. Ils expliquent aussi qu’ils n’agissent pas uniquement pour contrer la ministre Nouria Benghabrit, accusée d’être une francophone qui ne pratique pas d’autres langues. « Le français est utilisé uniquement dans les anciennes colonies françaises notamment en Afrique. Le français est parmi les dernières langues dans le monde en ce qui concerne l’innovation scientifique. Même les français eux-mêmes commencent à utiliser l’anglais dans leurs universités », plaide Samir Elksouri.

Cette initiative n’a pas manqué de susciter un certain intérêt sur les réseaux sociaux où des internautes et célèbres pages Facebook, connus pour être d’obédience islamo-baâthiste, ont décidé de partager cette revendication. Sur la page islamiste 1 2 3 Viva l’Algérie, un sondage a été lancé pour soutenir le remplacement du français par l’anglais dans les écoles. Plusieurs médias arabophones, comme Echorouk, ont également relayé cette campagne en faveur de l’anglais dans les écoles pour remplacer la langue française.