Ahmed Ouyahia, le chef de cabinet de la Présidence de la République et secrétaire général du RND, s’en est violemment pris aux anciens militaires qui « attaquent aujourd’hui l’armée alors que certains d’entre eux étaient des officiers ou des personnes placées sous la protection de l’armée », a-t-il dénoncé vendredi lors d’une conférence de presse organisée en marge des travaux d’une rencontre de jeunes et cadres du RND. 

« El Hamdoulilah, aujourd’hui certains se réveillent et déclarent leur amour au DRS alors qu’hier ils traitaient cet appareil sécuritaire de police politique et qualifiaient ses éléments de bouchers », s’est réjoui l’ancien chef du gouvernement avant de déplorer l’instrumentalisation politique de certains défenseurs du DRS, qui subit en ce moment une profonde restructuration, dans les diatribes adressées à l’armée. « Certains défendent le DRS pour casser l’Armée », s’indigne Ahmed Ouyahia qui a clairement fait allusion au général à la retraite Benhadid dont les récentes sorties médiatiques très violentes à l’encontre de l’Etat-Major de l’Armée algérienne ont provoqué une véritable polémique nationale. Ce général à la retraite est, d’ailleurs, placé en détention depuis plusieurs jours suite à une interview où il a lourdement chargé Saïd Bouteflika, le frère et conseiller d’Abdelaziz Bouteflika, et le chef de l’Etat-Major de l’armée algérienne, Ahmed Gaïd Salah. Notons enfin qu’Ahmed Ouyahia a relevé que ni lui, ni son parti, ne sont prêts à tolérer l’instauration en Algérie de la « démocratie de l’anarchie ».