Alors que le chef de l’Etat avait convoqué le Congrès du parlement pour une réunion ce mercredi, le vote pour la révision de la constitution aura finalement lieu dimanche 7 février. C’est ce qu’indiquent des sources proches du parlement qui n’expliquent pas les raisons de cet ajournement.

Pour préparer l’échéance, Abdelmalek Sellal s’est réuni, lundi, avec les présidents des deux chambres parlementaires pour préparer techniquement la séance de la réunion du Congrès. Pour cela, une commission mixte se réunira mercredi, sous la présidence du doyen des deux chambres, pour adopter le règlement intérieur.

Par contre, une bonne partie des députés de l’opposition, à commencer par ceux du Parti des Travailleurs et de l’Alliance de l’Algérie verte, vont boycotter la séance de dimanche. Ils disent ne même pas reconnaître la démarche. Les 25 députés du FFS s’apprêtent à faire la même chose, même si le parti de Mohamed Nebbou n’a toujours pas annoncé de décision définitive sur la question.

Une chose est par contre certaine : il n’y aura ni débat ni aucune autre surprise. Le texte de la révision constitutionnelle va être adopté sans aucun problème, les deux chambres étant dominées par les partis du pouvoir.

Essaïd Wakli