Les stocks de pétrole brut américains ont battu un record inégalé depuis 1930. Cette nouvelle est catastrophique pour les pays dépendants de la rente pétrolière.

La semaine dernière les stocks américains ont atteint les 502,7 millions de barils (MB), dépassant ainsi les pronostics de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui tablait sur  une augmentation ne dépassant les 3,8 millions de barils de brut.

Advertisement

Ce taux record de stocks pétroliers a également contribué à rehausser les stocks des produits dérivés, dont l’essence qui a atteint le taux 5,9 (MB), dépassant les prévisions fixées à 2,5 (MB).

Le Département américain de l’énergie (DoE) publie ces chiffres dans un contexte marqué par une guerre économique sans précédent dont les deux principaux protagonistes sont les États-Unis et l’Arabie Saoudite. Le retour des USA sur le marché mondial du pétrole a engendré une dynamique baissière au niveau des cours.

À l’origine de cette guerre économique, la multiplication des forages dits de schiste. En décidant de ne pas diminuer, sa production de pétrole, l’Arabie Saoudite aspire à inonder le marché mondial à bas prix pour diminuer la rentabilité du pétrole américain.

Dans ce contexte, les pays producteurs de pétrole, comme le nôtre, se retrouvent pris en otages par un système sur lequel ils ont perdu toute influence, un système capricieux soumis aux aléas et aux troubles internationaux.

Cependant, la baisse de plus de 1% du dollar a finalement soutenu le cours du baril de brut. Le baril de WTI gagnait 2,35% à 30,48 dollars et celui de brent progressait de 2,61% à 33,42 euros hier.

Massi Mansour