Les travailleurs du chantier du grand stade de Tizi-Ouzou ont observé une grève, hier, pour protester contre le non-versement de leur salaire depuis le mois de mars. Ils protestent également contre la politique discriminatoire menée par l’entreprise turque chargée de réaliser le projet.

Les travailleurs du chantier du nouveau stade de Tizi Ouzou, d’une contenance de 50 000 places, ont entamé, hier, un mouvement de grève afin d’exiger le paiement de leurs salaires gelés depuis mars dernier. Les grévistes ont tenté de barrer la route à l’ouest du centre-ville de Tizi-Ouzou avant l’arrivée des forces de l’ordre.

Rassemblés aux abords du chantier, ils ont laissé éclater leur colère afin de réclamer le versement de leur salaire afin de subvenir aux besoins de leurs familles en ce mois de ramadan.

Ils ont, en outre, lancé un appel aux autorités pour mettre un terme à une politique de discrimination menée par l’entreprise turque chargée de mener le projet. Selon eux, la direction favorise les travailleurs turcs ont leurs offrant de meilleurs salaires que ceux des Algériens alors que les tâches accomplies sont les mêmes.

Les protestataires ont également exigé un règlement immédiat de leurs problèmes sans quoi ils continueront à paralyser le projet.

Massi M.