Le général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah a souligné, lundi à Djelfa, le respect par l’Algérie de ses engagements internationaux à travers la destruction du stock restant de mines antipersonnel détenu par l’ANP, conformément à la Convention d’Ottawa.

Présidant au nom du président de la République, au polygone central de l’Air à Hassi Bahbah (1ère RM), la phase finale de la destruction publique du stock de mines antipersonnel, le général  Gaïd Salah a souligné « le respect par l’Algérie de ses engagements internationaux ».

« C’est pour moi un insigne honneur que de présider, au nom de son Excellence, Monsieur le président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, la cérémonie de destruction du stock restant de mines antipersonnel détenu par l’Armée nationale populaire, en conformité avec nos obligations internationales découlant de la mise en œuvre de la Convention dite d’Ottawa, sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction, conclue à Oslo le 18 septembre 1997 et ratifiée par notre pays le 17 décembre 2000 », a-t-il dit.

Cette dernière phase intervient pour couronner de précédentes opérations de destruction de mines antipersonnel dont la cérémonie de lancement a été présidée par le Président de la République le 24 novembre 2004. M.Gaid Salah  a indiqué que cet « important événement, qui consiste en la destruction du stock restant des mines antipersonnel en Algérie, estimé à 5.970 mines », coïncide avec la commémoration du 20ème anniversaire de l’adoption de la convention d’Ottawa.

L’opération s’est déroulée en présence de membres du Gouvernement, de membres du corps diplomatique accrédités à Alger, des attachés militaires accrédités et résidant en Algérie, des aut orités militaires et des représentants de la société civile aux côtés d’invités étrangers en qualité d’observateurs ainsi que des représentants des médias nationaux.

Rédaction AF