Le gaspillage du pain est une question qui revient sur la place publique à chaque fois. Mardi, le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, a communiqué hier un nouveau chiffre.

Selon lui, les sociétés de la capitale du ramassage des ordures, Netcom et Extranet, collectent chaque semaine pas moins de 20 tonnes de pain.

Une quantité qui ne reflète pas, ajoute-t-il, l’ampleur du gaspillage puisque des «particuliers» se chargent régulièrement de la collecte du pain jeté par les citoyens pour le revendre aux éleveurs.

Auparavant, l’Union générale des artisans et commerçants algériens (UGCAA) avait souvent avancé le chiffre d’ «un million de baguettes jetées chaque jour en Algérie». Bien évidemment, cette organisation ne s’est jamais expliquée sur l’origine de ces statistiques sachant qu’il est difficile à priori de déterminer les quantités «gaspillées» par les consommateurs.

Même si ceux qui avancent ces chiffres se comptent beaucoup plus parmi les «militants» de la libéralisation du prix du pain, celui-ci étant fabriqué sur la base d’un prix subventionné de la farine, il n’en demeure pas moins que le gaspillage de cette denrée alimentaire est une réalité que nul ne peut nier. Toutefois, il faudrait une étude autorisée et sérieuse pour déterminer, avec exactitude, l’ampleur des pertes et leur origine. Parce que, jusque-là, Netcom et Extranet ne procèdent pas systématiquement au tri des ordures ménagères.

Elyas Nour