© OT / Adda

Alors qu’il est inaudible à propos de la fronde le visant à l’intérieur de son organisation, Abdelmadjid Sidi Saïd fait passer des messages codés à ses détracteurs. Cette fois, c’est en dansant sur l’air de la mythique chanson de Lounis Aït Menguellat « Ketchini rouh » que le SG de l’UGTA a tenté de leur faire comprendre qu’il est indéboulonnable!

La chanson dit : « Katchini roh naki adekkimagh » littéralement toi tu pars et moi je reste. Un air sur lequel Abdelmadjid Sidi Saïd s’est donné à cœur joie. En tout cas le message est on ne peut plus clair. Le patron de l’UGTA est déterminé à rester.

Il faut savoir que depuis quelques jours, M. Sidi Saïd fait l’objet d’un mouvement de redressement à l’intérieur de la centrale syndicale. Un ancien responsable de l’organisation à savoir Tayeb Hmarnia veut sa tête.

Ce dernier a dénoncé, dernièrement, un rapprochement malsain entre l’UGTA et le patronat. Payant les frais de ses positions, il a été limogé de son poste de secrétariat national et président de la fédération UGTA d’Annaba.

Fort de sa position de sénateur, Hmarnia tente de chasser l’actuel patron de la centrale syndicale à travers une fronde. Évitant d’entrer en collision avec lui, Sidi Saïd a mobilisé tous ses soutiens au sein des fédérations pour que ces derniers réitèrent leur allégeance. Alors que la bataille entre les deux hommes est à son paroxysme, le patron de l’UGTA ne souffle un mot sur cette affaire et préfère passer des messages subliminaux.