L’ambassadeur de l’Union européenne en Algérie, John O’Rourke a publié un tweet dans lequel il a fait part de ses échanges avec les responsables du ministère des Affaires étrangères. Le diplomate a été convoqué hier pour s’expliquer sur la vidéo diffusée par le journaliste Lila Haddad depuis le siège de l’institution européenne et dans laquelle elle a porté de violente critique contre le président Bouteflika. Dans son tweet, M. O’Rourke a souligné que la journaliste a donné un point de vue qui lui est propre et qu’elle était libre de le faire.

« Nous avons souligné aux autorités algériennes que les journalistes accrédités auprès des institutions européennes ne parlent pas au nom des institutions, mais en leur propre nom, en ligne avec les principes de liberté d’expression et liberté des médias », a-t-il écrit.

Les réclamations du MAE algérien exigeant un communiqué public se démarquant des propos de la journaliste resteront donc sans suite. Les autorités avaient exprimé hier, leur « indignation et réprobation ».

Les autorités algériennes déplorent que l’enregistrement de « la dénommée Mme Lefèvre née Haddad, ressortissante belge d’origine algérienne, a été réalisé dans des installations officielles du Parlement européen utilisant ainsi et détournant abusivement des symboles de l’Union européenne pour porter gravement atteintes à l’honneur et à la dignité des institutions de la République algérienne ».

Dans cette vidéo, Lila Haddad a dénoncé le fait que le président Bouteflika soit l’ « otage » de ses proches ». Le département d’Abdelkader Messahel n’avait pas tardé à réagir en évoquant le « détournement frauduleux et inacceptable de symboles de l’UE pour attenter à l’honneur et à la dignité des institutions algériennes ».

Elyas Nour