Vidéo. Paris / Avec son initiative, l’ADDRA vole au secours des nécessiteux durant Ramadhan

0
989

Des femmes en général des mères de famille vivant dans le besoin, des jeunes haraga rompus à la débrouillardise, ainsi que quelques chibanis. Tout ce beau monde échange dans la convivialité en attendant de prendre les repas qui leurs sont offerts par l’association des Algériens des Deux Rives et leurs Amis (ADDRA). En général, c’est gens qui viennent de divers horizons ont besoin d’aide, car vivant dans une certaine précarité.  

Cette action de solidarité est plus que la bienvenue d’autant plus que parmi les gens qui fréquentent ce local appartenant à des associations algériennes (UCAP et ACEM) situé dans un vieux quarter de Barbes au 18ème arrondissement on y trouve des sans-papiers des personnes d’un certain âge, en général, ce sont d’anciens ouvriers qui sont  communément appelés les chibanis, mais aussi, des étudiants.

Salim est l’un de ces étudiants. «J’ai désormais, chaque jour du lait, des dattes, des fruits, de la chorba au f’tour avec du meszfouf pour le Shour», confie-t-il en insistant sur le fait que l’action de l’ADDRA rend un grand service à bon nombre d’entre ses camarades.

Créée il y a quelques années, à l’initiative d’un généreux donateur et quelques bénévoles Algériens attachés leur anonymat, cette association tente, dans le cadre de l’opération «solidarité-Ramadan», de soulager les familles les plus nécessiteuses, et les sans-papiers en leur fournissant quotidiennement des repas. Pour cette opération, 250 à 300 repas sont distribués par jour.