Plusieurs femmes ont signées un texte, qui sera adressé en tant que plainte aux différents procureurs de la République du pays, pour dire "Stop aux appels aux crimes contre les femmes algériennes sur Internet". " Depuis quelques semaines, et tel que démontré par les différents éléments de preuves jointes à cette correspondance, plusieurs appels et des invitations publics au crime et aux agressions physiques invalidantes sont lancés contre les femmes algériennes sur les réseaux sociaux, notamment sur des comptes privés, des pages et des groupes Facebook à grands accès", lit-on dans ce texte signé jusque-là par une soixantaine de femmes dont Cherifa Kheddar, Amel Hadjadj et bien Fatima Oussedik. Les signataires rappellent que "le jet d’acide sur le corps des femmes (en référence à l'affaire du jeune qui lancé le mois dernier un appel sur facebook pour jeter de l'acide sur les femmes) a été dénoncé par le ministre de la Justice le 19 juin dernier dans le journal de 20 h de la télévision algérienne publique qui a informé de l’arrestation d’une personne impliquée dans ce crime". "En votre qualité de protecteur de l’ordre public, des libertés individuelles et collectives et des droits à la sécurité et à l’intégrité physique et morale des citoyennes algériennes, nous faisons appel à vous pour prendre toutes les mesures légales nécessaires pour continuer à mettre un terme à l’ensemble de ces crimes afin qu’aucune personne impliquée ne puisse échapper à la justice", lancent ces militantes à l'endroit des procureurs. A noter que sur la page facebook dédié à cette action, il est mentionné que les procureurs d'Oran et d'Alger avaient reçu le 4 juillet dernier cette plainte. Celui d'Oran, qui a reçu aussi une délégation de ces militantes, leur a même mentionné que "les éléments reçus (des publications sur les réseaux sociaux entre autre) seront exploités pour entamer une action publique". A Alger, elles n'ont pas été reçues mais leur pliante a été enregistrée. A Constantine, par contre, la "requête n'a été retenue sous aucune forme". Les signataires de cet appel promettent de revenir à la charge à Constantine, mais aussi à Mostaganem, dès la semaine prochaine.

Elyas Nour

Advertisement