Les manifestations des chômeurs ont repris, depuis hier, à Ouargla. Plusieurs jeunes, sans emplois, principalement issu du quartier populaire de Beni Thour, se sont rassemblés pour protester contre la gestion du dossier de l'emploi dans la wilaya. Si quelque uns ont coupés la route menant de Beni Thour au centre-ville d'Ouargla, d'autres ont tentés de manifester devant le siège de la wilaya. L'intervention des services de sécurité pour disperser les manifestants a, quelque peu, fait dégénérer les choses. Pour exprimer leurs désarrois, plusieurs jeunes se sont mutilés en portant des coups à leurs corps par divers objets tranchants. L'un d'entre eux se trouve dans un état critique à l'hôpital de la ville. Les "contestataires" ont réclamés des postes d'emploi dans les différentes entreprises pétrolières qui exercent dans la région. Dans une déclaration faite au quotidien arabophone "El Khabar", le directeur de l'emploi de la wilaya a indiqué que "des postes d'emploi ont été proposés aux jeunes manifestants dans des sociétés étatiques mais ceux-là préfèrent les multinationales pétrolières". Il faut rappeler en dernier lieu qu'en 2016, la wilaya d'Ouargla a connu des manifestations de chômeurs qui ont durées plusieurs mois. Cette fois-ci encore, les "sans emplois" promettent de faire durer leur mouvement dans le temps. Quelques-uns se sont d'ailleurs déplacés vers le siège de la wilaya munis de tentes. Est-ce le début d'un autre long mouvement de contestation ? Les jours à venir nous le dirons…

Elyas Nour

Advertisement