L’Arabie Saoudite a tourné depuis longtemps le dos à la cause palestinienne. Au-delà de ce désengagement, les Saoud montrent une volonté de collaborer avec les Israéliens qui dépasse l’entendement. Dans de nouvelles mesures prises récemment, la monarchie obscurantiste exige des pèlerins palestiniens qu’ils soient dotés de la nationalité israélienne.         

La Omra et le Hadj sont désormais interdits aux Palestiniens titulaires de passeports autres que celui d’Israël. « C’est un véritable geste de collaboration », déplorent les plus modérés des commentateurs sur les réseaux sociaux palestiniens.

Advertisement

Ainsi, les Palestiniens désireux de se rendre en Arabie Saoudite devront faire les démarches nécessaires afin d’obtenir la nationalité israélienne. Une demande assortie d’une déclaration sur l’honneur dans laquelle le candidat reconnait Israël en tant que seule autorité et abandonne toute revendication de liberté.

Les dessins de l’Arabie ont été dévoilés depuis quelques années déja. La monarchie entretient le projet de scinder les territoires palestiniens en deux. Une partie devra, selon la vision des monarques saoudiens, être absorbée par la Jordanie alors que l’autre fera partie intégrante d’Israël.