Les cheminots de la Société nationale de transport ferroviaire ont observé le 8 juillet dernier une journée de protestation à l’appel de leur fédération. Selon Djamal Bechikhi, membre du Bureau fédéral des cheminots, cette action de protestation n’est qu’un avertissement.

Le syndicat veut l’ouverture de négociations sur les perspectives du secteur du transport ferroviaire en Algérie. Il réclame une revalorisation de salaires de l’ordre de 25% et des recrutements pour renforcer un maigre effectif constitué d’un millier de travailleurs seulement.

(Les afriques)

Article précédentAlgérie : l'UE prête à dialoguer sur les restrictions d'émission de gaz
Article suivantL’Iran dans le colimateur des Dauphins