Après une semaine d’attente et de déception, l’Algérie a enfin décroché le Graal : une médaille d’or aux Jeux méditerranéens, qui se tiennent jusqu’au 30 juin à Mersin en Turquie. Mieux, emmenée par nos boxeurs, la délégation algérienne a fait retentir six fois l’hymne national mercredi. Retour sur une journée d’exploits sportifs. 

Une semaine à attendre l’or et le public algérien peut enfin éclater de joie. Les athlètes algériens se sont brillamment illustrés mercredi aux Jeux méditerranéens de Mersin. En une journée, la délégation nationale a amassé pas moins de 6 médailles d’or.

Et c’est lors du tournoi de boxe, que l’Algérie a fait le plein de victoires hier. La salle Tarsus a été le théâtre d’exploits à répétition : en fin d’après-midi cinq pugilistes Algériens ont été couronnés d’or. Mohamed Flissi (49 kg) a ouvert le bal face au turc Ferhat Pehlivan, médaillé de bronze aux Jeux méditerranéens de Pescara (Italie) en 2009. C’est sur les chapeaux de roue que Flissi a entamé la confrontation, mettant à terre son adversaire dès le premier round. Vif, précis et puissant, Flissi s’est très facilement défait de Pehlivan, pourtant très soutenu par son public présent en masse sur les gradins. « Je dédie cette première médaille d’or à tous les Algériens ainsi qu’à ma famille. Je craignais beaucoup ce combat devant le Turc qui était soutenu par son public, mais à la fin, je suis soulagé et satisfait de mon rendement sur le ring. Aujourd’hui j’ai retrouvé mon niveau habituel, même si j’avais perdu un peu de tonus à la fin des débats », a déclaré à l’APS Mohamed Flissi, sa médaille autour du cou.

La boxe, discipline maîtresse du sport national

Moins d’une heure plus tard, Réda Benbaaziz (56 kg) enrichissait le tableau des médailles pour l’Algérie d’une seconde breloque en or. A à peine 20 ans, le boxeur algérien a décroché son premier titre majeur mercredi, en surclassant son adversaire égyptien Hesham Abdelaal. Propre et très physique, il a livré un combat parfait, faisant la différence avec son crochet gauche. Acculé par le poids des coups, son adversaire égyptien se contentait de bloquer ses attaques, en restant très vigilant derrière sa garde. « J’avais du mal à entrer dans ce combat qui a été très équilibré dans les deux premiers rounds. L’Egyptien a été très accrocheur, mais ma détermination a été plus que jamais grande pour remporter cette médaille. Je dédie l’or à tous les Algériens qui attendaient ce moment du bonheur depuis le début des JM-2013 », a confié Réda Benbaaziz, en descendant du ring.

En bon capitaine de sélection nationale, Chadi Abdelkader a offert dans la foulée à l’Algérie sa troisième médaille d’or. Pourtant, le boxeur de 64 kg, champion d’Afrique en titre, avait très mal débuté son duel face au Turc Fatih Keles. Mais éreinté par tant d’efforts consentis lors du premier round, le Turc a capitulé. C’est à ce moment-là que Chadi Abdelkader, redoublant d’énergie, a achevé son adversaire, prenant ainsi sa revanche sur son élimination lors des Jeux Olympiques à Londres en 2012. « Je suis très content de cette médaille d’or face au Turc. C’est une revanche de ma défaite des JO-2012. Je dédie cette médaille à tous les Algériens et souhaite par la même occasion prompt rétablissement au président de la République, Abdelaziz Bouteflika’ », a déclaré Chadi Abdelkader.

« Je la voulais tant cette médaille d’or. Je voulais l’offrir à l’Algérie’ »

C’est dans la douleur que Lyes Abbadi (69 kg) a lui aussi décroché sa médaille d’or. Le jeune boxeur de 21 ans, vice-champion d’Afrique, s’est difficilement défait de l’Espagnol Youba Sissocko, boxeur d’origine malienne. « J’ai bien étudié la façon de boxer de l’Espagnol, qui jouissait d’une bonne maitrise technique. J’ai géré mon combat round par round, Dieu merci, j’ai réussi à atteindre mon objectif après plusieurs mois de préparation », a-t-il commenté à l’APS.

Dans la salle Tarsus, la soirée s’est clôturée en apothéose sur la victoire du boxeur algérien Abdelhafid Benchabla (81 Kg), champion du monde de la World Serie Boxing (WSB), en 2011. Très en jambes, Benchabla n’a laissé aucune chance à son adversaire, le Français Abdelkader Bouhenia. « Je suis amplement satisfait par cette 5ème médaille d’or algérienne. J’ai dominé mon combat face au Français de bout en bout. C’est une victoire qui vient couronner une année de travail et de préparation. Je pense que mon statut de boxeur semi-professionnel m’a permis de réaliser cette performance », a souligné Benchabla.

Les boxeurs algériens n’étaient pas les seuls hier à faire retentir l’hymne algérien. A quelques kilomètres de la salle de boxe, dans le complexe Nevin Yanit de Mersi, une athlète algérienne portait haut les couleurs du pays. Bouquet final de cette journée en or : l’algérienne Kenza Dahmani a franchi la première la lige d’arrivée du 10.000 mètres dames, en bouclant le parcours en 32:42.47, améliorant ainsi son record personnel. « Je la voulais tant cette médaille d’or. Je voulais l’offrir à l’Algérie’ », a-t-elle déclaré à l’APS, juste après avoir remporté son triomphe. « J’ai bien géré ma course face à la concurrente turque que je connais bien. J’ai parfaitement réussi ma tactique en accélérant le rythme au bon moment’ », a expliqué Dahmani, qui dit également « avoir eu, durant la course, une forte pensée pour Moncef, son enfant de 3 ans, ce qui l’a encore motivée pour gagner l’or ». Et c’est une autre algérienne engagée dans la course, Soued Ait Salem, qui complète le podium du 10;000 mètres dame, décrochant la médaille de bronze (33:19.34), alors que la médaille d’argent est revenue à la Turque Elvan Abeylegesse (32:59.30).

Avec 6 médailles d’or, l’Algérie se place au 9ème rang des nations qui participent aux Jeux méditerranéens. Un classement des nations dominé pour l’heure par l’Italie avec 47 médailles d’or, la Turquie avec 29  et la France avec 19.

Article précédent« Pourquoi humilier l’Algérie ? », la lettre ouverte de Hichem Aboud au Premier ministre
Article suivantBaccalauréat : Les résultats s’afficheront sur la toile le 7 juillet