Alors que la grippe A(H1N1) continue de se répandre dans le monde, des chercheurs américains pensent avoir découvert pourquoi le virus se propage pour l’instant à partir de foyers localisés plutôt que de faire des ravages à grande échelle: la faute à une protéine qui s’accroche difficilement aux récepteurs des voies respiratoires.

Selon une étude de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de l’université de Harvard publiée vendredi dans la revue « Science », le virus de la grippe A(H1N1) se transmet entre êtres humains, mais de façon pour le moment relativement inefficace en raison de ce handicap.

« Le virus est capable de s’accrocher aux récepteurs humains, mais de façon restreinte« , résume Ram Sasisekharan. Cette caractéristique explique, selon lui, le développement de la maladie tel qu’on a pu le constater jusqu’ici: des foyers épidémiques contenus, parfois au sein même d’une famille ou d’une école, mais pas de propagation grave à grande échelle.

Par ailleurs, l’étude note également que la grippe A(H1N1) est plus active dans les voies gastro-intestinales que le virus grippal saisonnier, causant des troubles intestinaux et des vomissements chez environ 40% des personnes infectées.

Mais, prévient Ram Sasisekharan, les virus grippaux sont connus pour muter rapidement, et la moindre modification de la souche du H1N1 pourrait lui permettre de devenir résistant aux traitements antiviraux actuels tels que le Tamiflu.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a relevé le 11 juin son niveau d’alerte à la grippe à l’échelon maximal de 6, signifiant officiellement une pandémie mondiale en cours. Jusqu’à aujourd’hui, plus de 380 personnes sont mortes et près de 90.000 ont été contaminées dans le monde, selon l’OMS. La plupart des cas sont bénins.

C’est actuellement la saison de la grippe hivernale dans l’hémisphère sud, et la propagation du virus en Argentine a conduit certaines écoles à fermer plus tôt que prévu pour les vacances, et une province à déclarer l’état d’urgence sanitaire.

Jeudi, la secrétaire américaine à la Santé Kathleen Sebelius a annoncé que les Etats-Unis fourniraient 420.000 doses de traitement Tamiflu à l’Organisation panaméricaine de la santé pour lutter contre la maladie en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Le Premier ministre François Fillon a déclaré vendredi que le gouvernement français devait rester « mobilisé tout l’été« , alors que le ministre britannique de la Santé Andy Burnham avait affirmé la veille que la Grande-Bretagne, pays le plus touché d’Europe, pourrait selon Londres être confrontée à plus de 100.000 nouveaux cas de grippe A(H1N1) par jour d’ici la fin du mois d’août.

AP