La descente en enfer de l’ex-chef de la Garde présidentielle, le général-major Djamel Kehal Medjdoub, se poursuit. Après avoir été inculpé et placé sous contrôle judiciaire par le tribunal militaire de Blida, ce général-major et son fils viennent d’être expulsés de la résidence d’Etat de Moretti, a-t-on appris ce lundi. 

L’ex-Chef de la Garde présidentielle et son fils ont reçu l’ordonnance d’expulsion et ils disposent d’un délai jusqu’à la fin de ce mois de décembre pour quitter leur domicile sis à la résidence d’Etat qu’ils occupent depuis des années. Selon nos information, le général-major Djamel Kehal Medjoub avait bénéficié de deux appartements mitoyens. Quant à son fils, il a récupéré l’année dernière la pâtisserie de Moretti pour la transformer en un endroit chic fréquenté par le gratin de cette résidence d’Etat qui abrite l’ensemble des dirigeants algériens.

D’après nos sources, cette décision d’expulsion a suscité la colère du général-major Djamel Kehal qui se dit victime d’un véritable acharnement depuis son limogeage par la Présidence de la République l’été dernier. Les amis et proches de ce général-major se sont regroupés dans un collectif pour tenter d’empêcher cette expulsion jugée « arbitraire ». A Moretti, on se demande pourquoi les autorités n’expulsent pas aussi la trentaine de personnalités qui n’occupent plus aucune fonction officielle, mais qui continuent d’habiter des résidences entretenues par l’argent public. Parmi cette trentaine de personnalités, on retrouve des anciens officiers du DRS, mais aussi des hommes d’affaires connus sur la scène publique.