La deuxième édition du Festival d’Alger du cinéma maghrébin s’est ouverte hier soir avec la projection du film algérien Fadhma N’Soumeur. Jusqu’au 11 juin, 38 films (long-métrages, court-métrages et documentaires) seront présentés à la Cinémathèque et la salle El-Mouggar.

Une certaine excitation régnait hier soir devant la salle El-Mouggar quelques dizaines de minutes avant l’ouverture du Festival d’Alger du cinéma maghrébin. Tandis que les organisateurs se pressaient pour les derniers réglages et que les caméras de télévision tentaient de glaner quelques images, les invités présents se retrouvaient avec une joie évidente. De nombreuses personnalités du cinéma avaient en effet fait le déplacement – réalisateurs, producteurs et acteurs, venus d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, de Libye et de Mauritanie.

La Ministre de la Culture, Nadia Labidi, était elle aussi présente. Il s’agissait d’ailleurs de sa première sortie publique en tant que ministre. Elle-même réalisatrice et productrice, Mme Labidi s’est dit peu habituée à se retrouver de ce côté de l’estrade et a tenu à préciser qu’elle restait, avant tout, une femme de cinéma.

Les organisateurs ont quant à eux souhaité « bonne chance » à ce «  jeune festival qui voit grand » et ont formulé le souhait que les films présentés « suscitent la réflexion » et « provoquent l’émotion ».

La soirée s’est poursuivie avec la projection  du film Fadhma N’Soumeur, fresque historique retraçant les différentes campagnes de Kabylie à la fin du 19e siècle. Dans les somptueux décors montagneux des wilayas de Tizi Ozou et Bouria, le film du réalisateur algérien Belkacem Hadjadj reconstitue avec fidélité la lutte du peuple kabyle contre l’envahisseur français.

Petit bémol dans cette soirée de célébration du cinéma algérien et maghrébin : le public ne s’est pas déplacé en masse. La faute au match de l’équipe nationale ? Le commissaire du Festival, Abdelkrim Aït Oumeziane, avait pourtant « cordialement invité » le grand public à cette deuxième édition. On espère que cet appel a été entendu et que les spectateurs assisteront nombreux aux 39 projections organisées d’ici le 11 juin prochain.

Article précédentRevue de presse. Les Brésiliens ne sont vraiment pas ravis d’accueillir la Coupe du monde
Article suivantInfographie. Tabagisme : les Algériens ne veulent pas lâcher leur cigarette