• Par F | novembre 3, 2013 8:40
    Drapeau algerien enlevé

    Jusqu’à preuve du contraire, aucune institution officielle, encore moins l’agence de presse marocaine MAP, n’a rapporté les “excuses” de Rabat à Alger après l’acte “caractérisé” de violation de son consulat général à Casablanca. L’intox bat son plein du côté du Makhzen.


    Rapportées par de nombreux médias, les “excuses” présentées par le Maroc à l’Algérie après la violation des locaux de son consulat général à Casablanca ne semblent être que vue de l’esprit, parce qu’officiellement aucune institution officielle, qu’elle soit marocaine ou algérienne, n’en fait état. En effet, aucun communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères ni de son homologue algérien, ni de dépêches des agences de presse MAP ou APS, n’est venu confirmer cette information. Le communiqué du MAE algérien condamnant l’acte “caractérisé” de violation des locaux de son consulat général à Casablanca, perpétré vendredi par un individu faisant partie d’un groupe de manifestants scandant des slogans hostiles à l’Algérie et à ses hauts responsables, ne fait pas état d’excuses du Maroc. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, s’est contenté de déplorer que “ledit individu qui a eu le temps et la possibilité d’arracher le drapeau national de son mât n’a été arrêté qu’après que son forfait eut été accompli, par un dispositif policier qui ne semble pas avoir la protection des locaux et des personnels consulaires algériens comme mission impérieuse”.

    La même source a relevé avec “consternation que l’emblème national a été profané en ce jour sacré du 1er Novembre qui symbolise la communion des peuples maghrébins dans l’épopée de la Libération de l’Algérie”, ajoutant que “l’Algérie escompte que ce grave incident ne se reproduira pas”.

    Le porte-parole du MAE algérien a, également soutenu que “cet acte grave n’aurait pas été possible sans le déchaînement de haine et de dénigrement qu’une partie de la classe politique et la presse marocaines se sont employées à cultiver parmi la population marocaine contre l’Algérie”. Amar Belani a mis l’accent sur le fait que “le ministère des Affaires étrangères souligne l’obligation pesant sur le pays hôte en matière de protection des personnels et locaux diplomatiques et consulaires algériens en vertu du droit international”.

    Il a conclu en indiquant que “dans ce contexte, le chargé d’affaires du royaume du Maroc a été convoqué vendredi soir au siège du ministère des Affaires étrangères et des explications circonstanciées lui ont été demandées”. Ceci étant, une vidéo largement diffusée par des sites Internet marocains montre un jeune escaladant le mur du consulat, montant sur le toit puis enlevant le drapeau algérien. Un responsable de la préfecture de police de Casablanca a précisé à l’agence AFP que le jeune en question, membre d’un groupe appelé Jeunesse royaliste, avait été arrêté et serait présenté à un juge.

    L’information a été également rapportée par le site Internet Goud, qui indique que l’homme est parvenu à tromper la vigilance des forces de l’ordre qui surveillaient les quelques dizaines de personnes participant au rassemblement devant le consulat algérien. Jusqu’à preuve du contraire, aucune institution officielle marocaine n’a présenté d’excuses à l’Algérie et c’est dans la tradition du Makhzen d’agir ainsi.

    Lire la suite sur Liberté 



  • Articles liés

  • PUB

  • Derniers articles

  • Réagissez

    Connexion

    Email
    Print