La directrice générale de l’Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (UNICRI), Cindy Smith, a déclaré jeudi, lors de l’inauguration d’un bureau régional des Centres d’excellence de l’Union européenne (UE) pour l’atténuation des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC) UE que « l’Algérie avait le potentiel nécessaire pour jouer un rôle de leadership, en Afrique du Nord et au Sahel, pour faire face aux grands risques générés par les changements climatiques« .

Dans ce cadre la responsable onusienne a également avancé que l’installation des bureaux du NRBC à Alger constituera  « un moment historique, témoignant de la volonté de l’Algérie et des pays voisins de travailler ensemble pour parvenir à atténuer les risques issues du changement climatique.

Pour sa part, le représentant de l’UE, Adrian Van Der Meer, a indiqué que « la situation géopolitique du monde et celle de la région en particulier montrent que les risques et les menaces posées par la prolifération des armes et des déchets chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires sont considérés comme graves par nous tous ».

Il a estimé, dans ce sens, que « la plupart des risques générés par les changements climatique sont une dimension qui dépasse les frontières » d’un seul pays. Meer a précisé que l’initiative d’installer un bureau régional en Algérie « s’inscrit entièrement dans le cadre des conclusions du Conseil, en date du 14 décembre 2015, qui visent à renforcer la dimension de sécurité de la politique de voisinage à l’égard de la lutte contre le terrorisme et la protection des frontières ».

Il faut rappeler que l’un des risques majeur du changement climatique est l’expansion du phénomène de réfugiés climatiques qui consiste en somme, à l’exode d’une partie impotente de la population frappée par les effets du changement climatique vers le Nord du globe. L’Europe redoute fortement un tel scénario et milite d’ores et déjà pour un contrôle de ces population et ce, en coordinations avec les pays africains.

Massinissa Mansour

Article précédentEntreprises publiques/ Faut-il nécessairement encourager les privatisations?
Article suivantPétrole/ Le prix du baril poursuit son inexorable chute