L’ancien Premier Ministre, Ahmed Ouyhia, s’est dit, vendredi 23 novembre lors d’un meeting électoral animé à Tizi-Ouzou, favorable à la peine de mort dans trois cas : « la prise d’otage, le trafic de stupéfiants et le détournement de deniers publics ». Ainsi, Ahmed Ouyahia a réclamé aux pouvoirs publics d’appliquer la peine de mort contre les auteurs de ces trois crimes qui font tant de mal à l’Algérie.

Sur un autre chapitre, le secrétaire général du RND, a estimé que « la majeure partie des problèmes que rencontre le citoyen au quotidien, se posent au niveau de la commune et peuvent trouver des solutions à ce niveau, pour peu qu’il y ait concertation entre les élus et leurs administrés ». A ce sujet, il a exigé « le rétablissement de la confiance entre les élus et les citoyens « , a-t-il dit tout en appelant les assemblées élues à « renouer avec la pratique ancestrale de démocratie participative, incarnée par Tadjemaït pour la gestion des affaires communautaires ». Enfin, Ahmed Ouyahia, ne croit pas à la limitation des prérogatives des élus locaux.  Les sont « suffisamment dotés de prérogatives pour s’acquitter au mieux de leur mission « .