Le conflit entre le rectorat et les étudiants de l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène (USTHB) de Bab Ezzouar risque de perdurer. Les deux camps s’accusent mutuellement de l’exclusion d’étudiants de L1 et L2.

« Nous n’avons pas exclu les étudiants. Seulement conformément à l’arrêté ministériel 712 du 3 novembre 2011 fixant les modalités d’évaluation, de progression et d’orientation dans les cycles d’études, il y a un temps de séjour pour le système LMD. La limite pour une licence est de 5 ans. Donc l’étudiant peut refaire deux fois uniquement durant son cursus », a déclaré à l’APS, le vice-recteur chargé de la pédagogie Mohamed Saidi. Et d’ajouter « Ceux qui sont en situation d’abandon se sont exclus d’eux-mêmes. »

D’après les services de l’USTHB, les étudiants ont été informés que si après trois années, ils demandent à faire une quatrième année toujours en L1 ou L2, sauf raisons particulières, comme par exemple une suspension d’inscription, un dossier médical ou des problèmes familiaux graves, il est préférable pour eux de changer d’orientation.

Les étudiants de l’Université de Bab Ezzouar observent une grève depuis plus d’une semaine et exigent la réintégration des étudiants de L1 et L2 qui n’ont pas eu leur année pour la 4e fois. Selon les étudiants il est impossible de « quadrupler » cette année, sous peine d’exclusion.

avec APS