La France semble encore vouloir garder des vestiges de l’histoire algérienne, 50 ans après la séparation des deux pays. Avec la venue de François Hollande, la tradition voudrait que le Président français en visite d’Etat ramène un cadeau pour l’offrir à son homologue algérien. Est-ce qu’il ramènera l’un des joyaux de l’histoire algérienne comme les clés d’Alger ou encore le fameux canon de Baba Merzoug ?

La France n’a pas encore rendu tous les biens confisqués à l’Algérie. Il faut dire que cette question demeure compliquée surtout lorsqu’on sait qu’il faut gérer deux histoires aussi inextricablement liées. A qui appartient le Canon de Baba Merzoug, qui doit conserver les clés d’Alger ? Pourquoi cette question ? La visite de François Hollande laisse espérer le retour de quelques biens, comme lors de la visite de Jacques Chirac, qui avait ramené avec lui le sceau de la ville d’Alger. Plusieurs sources concordantes ont laissé entendre que l’actuel président français aurait souhaité ramener avec lui les fameuses clés de la Casbah d’Alger ou encore le canon de Baba Merzoug. Mais les lois françaises l’en ont empêché.

Les clés de la Casbah, « trésor national » pour l’armée française ! 

Les clés d’Alger étaient la première idée de François Hollande. Quel meilleur cadeau pour l’Algérie que les clés remises par le Dey Hussein au général de Bourmont le 5 juillet 1830, lors de la prise d’Alger par les Français en signe de reddition ? Toutefois, il semblerait que la France ne soit pas prête à laisser filer ce symbole aussi facilement. Ces clés, considérées comme « trésor national » par le Code du Patrimoine français, ne peuvent légalement pas sortir de l’inventaire du Musée de l’armée, un musée national dans lequel elles sont actuellement exposées. De plus, des voix françaises se seraient élevées contre ce projet. « Des militaires et des hauts fonctionnaires du ministère de la Défense y étaient également très opposés, et avaient pris l’initiative hier soir de faire déposer une requête devant le juge des référés du tribunal administratif de Paris », explique le site internet du magazine français La Tribune de l’Art. La seule solution, pour restituer ces clés à Alger, serait de les déclasser mais la procédure est longue et complexe. Donc impossible de l’effectuer d’ici…demain!

Le « Canon de Baba Merzoug », un vieux symbole de la colonisation cher à la France

L’objet historique qui était également attendu par les Algériens est le célèbre Canon de Baba Merzoug, actuellement installé dans le port de Brest en France. Il avait suscité une polémique cet été, en raison de l’attitude de la France qui  refusait de restituer à l’Algérie cette pièce qui symbolise son histoire. Cette pièce d’artillerie de 7 mètres de long et de 12 tonnes était à l’époque, l’objet de l’admiration des Algérois. Il avait été conçu entre 1536 à 1542 à la fonderie de Dar Ennahas à Alger. Le canon avait alors été ramené en France comme trophée de guerre en 1830, après la colonisation, puis rebaptisé « Le Consulaire ». Outre le fait que cette pièce appartienne à l’Algérie, elle laisse une trace amère de la conquête coloniale assumée pleinement par la France.

L’Algérie milite depuis plusieurs années pour le retour du canon sur ses terres. Le président de la fondation Casbah, l’historien Belkacem Babaci, est l’un des premiers militants pour son retour. Depuis la fin des années 1990, il attend ce geste de la France. «Nous avons bon espoir, ce serait un geste symbolique» estime-t-il. Sauf qu’il est difficile d’espérer sa restitution avec l’arrivée de François Hollande, qui ne pourra pas ramener le canon de Baba Merzoug, car du côté de la France, des militants et historiens s’acharnent pour la conservation du « Consulaire ». Il y a même eu l’établissement d’un référé militaire qui empêcherait le président, même s’il le souhaitait, de restituer le canon aux Algériens. La page des biens historiques de l’Algérie détenus par la France ne semble donc pas prête de se tourner…

Notez cet article