En l’espace de quelques semaines seulement, Yacef Saadi, l’ancien chef de la zone autonome d’Alger, aujourd’hui âgé de 86 ans, s’en prend à trois grands noms de la guerre de libération nationale.

Après Zohra Drif, Yacef Saadi s’en prend aux martyrs, Larbi Ben M’hidi et Ourida Medad. L’auteur du livre «la bataille d’Alger» dans un entretien qu’il a accordé au quotidien arabophone Echourouk, parue aujourd’hui, affirme, que «Ourida Medad a préféré se suicider au moment où des soldats français s’apprêter à la violer, elle n’est pas morte en martyre comme il est de notoriété».

Yacef Saadi n’en est pas à sa première provocation, hier, déjà il s’en est pris à Larbi Ben M’hidi. «Larbi Ben M’hidi n’a pas tiré un seul coup de feu durant la guerre de libération», a déclaré Saadi qui tient à signaler qu’il était «le seul chef de la zone autonome d’Alger» et que tous ceux qui affirment avoir dirigé cette zone, comme Ben M’hidi, sont des menteurs. Il y a quelques semaines, à la mi-janvier dernier, celui-ci s’est attaqué à Zohra Drif en laissant entendre que c’était elle qui avait «vendu» Ali La Pointe. La concernée n’a pas voulu trop polémiquer là-dessus. Elle s’est contentée d’apporter des éclairages concernant les documents [ndlr de supposées lettres qu’aurait envoyé Zohra Drif à Hassiba Ben Bouali] sur lesquels s’appuie Saadi pour tirer ses conclusions. Il s’agit de documents dont même des historiens n’ont pu s’assurer l’authenticité. Les attaques de Yacef Saadi envers de grands noms de la guerre de libération nationale ont provoqué la consternation chez beaucoup  algériens. De tels propos laissent planer le doute sur l’intention de Yacef Saadi, et poussent de nombreux Algériens à se demander si l’homme d’un certain âge est atteint de sénilité.

Elyas Nour

Notez cet article