Gouvernement Sellal 2

Les tractations vont bon train à Alger pour composer le nouveau gouvernement algérien qui sera bientôt annoncé par Abdelaziz Bouteflika. Ce dernier aurait exigé des changements majeurs pour bien commencer son 4ème mandat et donner des assurances à une rue en colère contre de nombreux ministres jugés incompétents. Tour d’horizon des dernières rumeurs.

La première information qui semble de plus en plus confirmée est celle du maintien d’Abdelmalek Sellal comme Premier ministre. Sellal, semble, selon plusieurs sources concordantes, avoir posé définitivement ses valises au bureau principal du Palais du Gouvernement situé sur les hauteurs d’Alger. Néanmoins, Sellal aurait été instruit de conduire « un gouvernement de combat » pour redorer le blason de Bouteflika et faire accepter à l’opinion publique ce 4ème mandat très controversé. Et pour ce faire, plusieurs ministres contestés devront plier bagages. Selon nos informations, de rudes tractations sont à l’oeuvre depuis plus de 48 H pour définir la composition officielle du premier gouvernement du 4ème mandat de Bouteflika.

Ainsi, parmi les ministres qui seront sacrifiés à la rue, pour calmer la colère populaire, on risque de retrouver, selon les derniers bruits, Khalida Toumi. Elle devrait quitter le ministère de la Culture pour occuper une autre fonction à l’étranger, ne cessent de répéter les mauvaises langues, qui, pour étayer leurs propos affirment que le tournage du grand film de l’Emir Abdelkader a été momentanément suspendu en attendant « un changement majeur » au ministère de la Culture lors du prochain remaniement ministériel. Les mêmes bruits affirment qu’ Amara Benyounès quittera son portefeuille de ministre du Développement ministériel pour lequel il n’est guère « outillé ». Il devrait hériter d’un poste de Secrétaire d’Etat pour avoir le temps nécessaire de préparer son parti en vue de la prochaine élection législative. Est-ce pour autant une sanction contre un homme politique qui s’est donné corps et âme pour la campagne du 4e mandat ? Les jours à venir nous le diront.

Parmi les probables partants et sanctionnés, on retrouve aussi Abdelmadjid Tebboune qui n’a pas été apprécié pour sa gestion du délicat dossier du logement AADL et LCP. Mais rien n’indique encore s’il quittera définitivement le gouvernement. Abdelkader Messahel devra aussi abandonner ses fonctions de ministre de la Communication et se retrouver à la tête d’un autre ministère beaucoup plus important. C’est Tewfik Khelladi, l’actuel patron de l’ENTV, qui devrait hériter de cette fonction.

Mais le changement le plus important devrait être du côté du ministère de l’Intérieur où Tayeb Bélaiz sera remplacé par un autre ministre dont l’identité demeure encore méconnue même si on avance plusieurs noms. Une chose est presque sûre : le ministre de l’Intérieur désire retrouver son poste à la tête du Conseil Constitutionnel. Quant à Mourad Médelci, il sera récompensé et retrouvera un poste au prochain gouvernement. Probablement au ministère de la Jeunesse et des Sports, soulignent plusieurs sources. Le ministère de la Santé connaîtra aussi un changement puisque Abdelmalek Boudiaf devait être remplacé par un médecin qui connait beaucoup ce secteur névralgique pour lequel Bouteflika a de nombreuses exigences. Boudiaf devrait se retrouver aussi à la tête d’un nouveau département. Mohamed Benhamou, le président du parti d’El Karama, fervent soutient du 4ème mandat de Bouteflika, pourrait être parmi les nouveaux visages de ce futur gouvernement en se retrouvant Secrétaire d’Etat chargé du service public. Enfin, le patron de la DGSN, le général-major Abdelghani Hamel, est, quant à lui, présenté comme le futur ministre de l’Intérieur. Mais, là encore, aucun élément ne permet de confirmer officiellement cette information.

Dans les coulisses, les tractations se poursuivent et les prochaines heures seront décisives car les négociations ne devront pas tarder à finir et l’annonce du prochain gouvernement surviendra, sauf si une surprise survient à la dernière minute, d’ici la fin de cette semaine.

Notez cet article