Un malade algérien est décédé des suites du coronavirus. Hospitalisé à Tlemcen depuis 11 jours, le patient est mort dans la nuit de lundi à mardi. C’est le premier décès lié au coronavirus en Algérie.

Son décès a été annoncé par un communiqué du Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. « Dans le cadre du suivi de l’état de santé des deux patients hospitalisés pour infection liée au nouveau sous-type de coronavirus, le Ministère a le regret d’informer que le patient qui était hospitalisé au niveau du service des maladies infectieuses du CHU de Tlemcen est décédé dans la nuit du 9 au 10 juin 2014 des suites d’une détérioration de ses fonctions vitales, » peut-on lire dans le communiqué.

Advertisement

Selon le quotidien El Watan, le patient décédé s’appelait Benamar Benmohamed. Âgé de 59 ans, il était père de 5 enfants et habitait la ville de Sebra. Il était parti en voyage en Arabie Saoudite avec sa mère, pour accomplir la omra. À son retour fin mai, il présentait certains signes cliniques du coronavirus tels que la fièvre, la toux ou encore la perte de l’appétit.

Un second patient est toujours hospitalisé à Koléa, mais son état « présente une évolution favorable » selon le Ministère.

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « les coronavirus constituent une vaste famille de virus pathogènes pour l’homme et l’animal. Chez l’homme, ils peuvent provoquer des maladies de gravité variable, allant du rhume courant au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ».

Le virus qui sévit aujourd’hui, détecté pour la première fois en avril 2012, « n’avait jamais été observé chez l’homme auparavant » souligne l’OMS. Ce nouveau coronavirus est appelé coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) car tous les cas recensés ont un lien direct ou indirect avec le Moyen-Orient.. « Dans la plupart des cas, il provoque une maladie grave, » ajoute encore l’OMS. « Environ la moitié des patients en sont morts ».

Les symptômes associés à l’infection au MERS-CoV sont nombreux : « maladie respiratoire aiguë et grave, avec de la fièvre, de la toux, un essoufflement et des difficultés respiratoires, » recense l’OMS. « Beaucoup d’entre eux ont également présenté des symptômes gastro-intestinaux, y compris de la diarrhée ». Toutefois, l’OMS précise que, la connaissance de la maladie étant pour le moment limitée, ces informations pourront être amenées à évoluer. Les modalités de l’infection restent pour le moment inconnues, mais des études sont en cours pour déterminer les sources d’infection et les modes de transmission.

Recommandations aux voyageurs et aux personnes présentant des symptômes liés au MERS-CoV

L’OMS informe qu’elle « ne préconise aucune restriction aux voyages ». Cependant, comme le rappelle le Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière dans son communiqué, il est important pour les voyageurs de « respecter les règles d’hygiène par le lavage fréquent et soigneux des mains au savon liquide ou par friction avec une solution hydro-alcoolique, ainsi que les règles d’hygiène respiratoire par l’utilisation de mouchoirs en papiers à usage unique en cas de toux ou d’éternuement ».

Le Ministère s’adresse également aux personnes présentant des symptômes associés au MERS-CoV après un voyage au Moyen-Orient, les enjoignant de « consulter rapidement un médecin devant toute fièvre avec signes respiratoires (toux, gène respiratoire) en veillant à lui signaler le séjour dans un des pays du Moyen-Orient ».