Au temps des vaches maigres, l’austérité ne s’impose pas à tous. Ainsi, selon l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne se prive pas d’utiliser un bien de l’Etat même lorsqu’il est en vacances. Ainsi, l’ambassade d’Algérie à Paris a mis à sa disposition une voiture pour les déplacements de son épouse et lui.

Selon la même publication, Abdelmalek Sellal a d’abord séjourné dans la résidence de l’ambassadeur d’Algérie en France, avant de poursuivre son séjour dans un hôtel d’une station balnéaire du Midi. Aucune indication n’est cependant donnée sur la partie qui a pris en charge ce séjour.

Selon une source bien informée, même l’ancien ministre de la Jeunesse et des sports, Abdelkader Khomri a bénéficié, durant son séjour parisien, « y compris depuis qu’il n’est plus en poste », d’un véhicule de la représentation diplomatique.

Lors de la visite effectuée par Abdelmalek Sellal à Paris, en décembre 2013, des médias ont relevé que lui et sa délégation ont coûté au trésor public la faramineuse somme de 70 000 euros. Un montant excessif dans une période où le gouvernement appelle les Algériens à se serrer la ceinture !

Soulignons enfin que nous avons tenté de joindre le cabinet du Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, pour le faire réagir. Malheureusement, aucune suite n’a été donnée à nos sollicitations.

Essaïd Wakli

Notez cet article