Le respect des délais de livraisons des projets de la construction et de l’habitat est un enjeu énorme en Algérie. Les autorités concernées, et face aux polémiques nées des énormes retards accumulés, semble chercher les solutions idoines pour régler ce problème.

A cet effet, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a inauguré, hier samedi, une usine algéro-espagnole de fabrication de panneaux  pour la réalisation de logements préfabriqués. Il s’agit d’une joint-venture créée entre le groupe public algérien Alrecc et le groupe espagnol Ortiz. La capacité de cette nouvelle société est de 2000 logements par an.

Lors de la cérémonie d’inauguration, il a été décidé que le premier projet confié à cette entreprise est la construction d’un lycée dans un délai de huit mois. Une première expérience qui va être suivie de très près par la tutelle qui veut impliquer l’entreprise, dont le siège est située à El Harrach, à Alger, en plus d’autres qui vont être créées à travers le territoire national, dans la construction de logements, notamment ceux de type AADL. C’est «le premier jalon dans la concrétisation de la politique de l’industrialisation du bâtiment», a déclaré le Ministre. L’objectif est de réduire les délais, trop lent dans la majorité des cas, pour l’instant.

Ce n’est pas la première fois que les autorités misent sur cette technique pour réduire les délais de livraisons des ouvrages. De plus, il faudrait des centaines d’entreprises de ce type pour espérer en faire une industrie. Et pour ce, il faut une stratégie de développement du secteur. Et c’est ce qui semble manquer aux responsables.

Elyas Nour