Les étudiantes en pharmacie n’ont pas seulement été insultées et tabassées lors du rassemblement du 22 février à la place du 1er Mai. Elles auraient également été victimes d’attouchements sexuels de la part de certains agents de police.   

En plus d’avoir été tabassées, insultées et traînées par terre par la police, les protestataires parmi la gente féminine «ont été attouchées sexuellement par des policiers, mais n’osent pas l’avouer», a fait savoir Anis Saïdoune, représentant des étudiants, lors de son passage, hier, sur les ondes de Radio M.

Rappelons que le ministre de l’Intérieur a diligenté une enquête suite à l’indignation générale soulevée dans le pays par répression de ce rassemblement, qui s’est d’ailleurs soldée par une suspension de l’agent qui avait giflé un étudiant. Mais ces nouvelles accusations donne une toute autre tournure à cette affaire et sur le traitement répressif des manifestations pacifiques par les forces de l’ordre.

Massi M.