Créé il y a un an, le parti politique « Français et Musulmans » présente six candidats aux élections législatives avec pour but de porter un projet humaniste inspiré par une «éthique musulmane en adéquation avec les valeurs républicaines». Bien que poussé par un diagnostic juste et un besoin réaliste de représenter les musulmans de France, le parti rate complètement son pari et s’inscrit dans une doctrine communautariste qui va à l’encontre de l’intégration de la communauté musulmane de France.

Si l’on en croit le site Internet de Français et Musulmans, le jeune mouvement politique vise à affirmer et représenter la communauté musulmane au sein de la vie politique française, en d’autres termes ceux qui ne sont pas à la Une des journaux. Préoccupés par la moralisation de la vie politique, ses candidats promettent notamment de verser la moitié de leur indemnité à des associations caritatives locales, de voter pour la reconnaissance de la Palestine et de reconnaître le droit de vote des étrangers.

HananZahouani est l’une des candidates du mouvement qui se présente dans la 5ème circonscription de Seine Saint-Denis (Bobigny, Drancy, Le Bourget) où elle affronte le patron de l’UDI, Jean-ChristopheLagarde. D’origine marocaine et mère de deux enfants, elle s’est d’abord lancée dans l’entrepreunariat en créant un salon de beauté avant de se tourner vers un engagement associatif à plein temps, notamment auprès de l’association des «Repas de Salem» qui «œuvre en faveur des réfugiés, des SDF et des plus démunis».

Dans sa profession de foi, cette quadra d’origine marocaine accuse les médias de la réduire à «une candidate musulmane portant le foulard», ce qu’elle qualifie de provocation, au lieu de porter l’attention sur son projet politique. Ses propos sont en contradiction même avec la nature de sa candidature qui se centralise sur son identité française et musulmane, qu’elle juge conciliables et à juste titre.

Bien qu’elle démente de faire du communautarisme auprès du journal Le Monde, sa campagne est ouvertement basée sur ses convictions religieuses et ne peut aspirer à rassembler tous les français. Le message porté par Français et Musulmans, qui a par ailleurs fait l’objet de nombreux articles sur les sites d’extrême-droite, n’alimente que les divisions qui sont au cœur de la fracture sociale en France.

Si la représentation asymétrique de la communauté musulmane dans la vie publique est un réel défi, la solution ne peut venir par un mouvement qui est de facto exclusif et dont le message ne s’adresse qu’à cette minorité.

Rayan Benaziz