Actualisé à 12h19: Suite à la vague d'indignation soulevée par cette décision, la direction des Transports de Mostaganem s'excuse et parle de simple erreur.

rectif 217x300 - Les migrants subsahariens interdits de transport / Racisme d'Etat! (actualisé)

Advertisement

Une directive émise par la direction des transports de Mostaganem fait actuellement polémique. La note en question stipule que les transporteurs de voyageurs terrestres sont sommés de ne pas embarquer dans leur(s) véhicule(s), des migrants clandestins subsahariens sous peine d’un retrait définitif de leur permis de conduire !      

Les propos racistes et discriminatoires de l’ex-chef de cabinet à la présidence de la République et actuel Premier ministre, Ahmed Ouyahia, envers les migrants clandestins en provenance d’Afrique noire semblent avoir trouvé écho à l’intérieur même des institutions de l’État. Après avoir exécuté des expulsions de masse, le gouvernement compte mener la vie dure à ce qui subsiste des migrants en leur interdisant l’accès aux moyens de transport.

Pour ce faire, le ministère des Travaux publics et des Transports a transmis une directive à ses directions de transport dans les 48 wilayas. L’objet de cette note : contrecarrer la dispersion de ces migrants en léguant aux chauffeurs de bus et de taxis des pouvoirs de police.

«Dans le cadre de l’opération de lutte contre l’immigration clandestine et en application à la directive ministérielle citée en référence, il est formellement interdit aux opérateurs des transports terrestres urbains, interurbains, inter-wilayas ainsi que les chauffeurs de taxi, de transporter à bord de leur(s) véhicule(s) des migrants clandestins subsahariens. Les contrevenants à cette présente directive seront sanctionnés par un retrait définitif de leur permis de conduire », pouvait-on lire sur ladite note.

o DIRECTIVE MINISTERE TRANSPORTS 570 1 225x300 - Les migrants subsahariens interdits de transport / Racisme d'Etat! (actualisé)

Le document en question fait controverse d’autant plus que les pouvoirs attribués aux chauffeurs de transports relèvent des prérogatives de la police et de la gendarmerie nationale. Au-delà du caractère inapplicable et carrément illégal de cette directive, cette dernière risque d’ouvrir la voie à toutes les dérives raciales et discriminatoires possibles et imaginables. De plus, les textes régissant l’activité ne prévoient nullement de telles mesures. À part les passagers mineurs non accompagnés, le chauffeur de bus ou de taxi n’a pas le droit de demander à un passager de descendre du moyen de locomotion.

M. M.